"Axa mieux armé pour rivaliser avec les banques"

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
"La Tribune". Les fonds de pension verront-ils le jour en France ?Laurent Rousseau. Le terme "fonds de pension" est polémique, il comporte une connotation anglo-saxonne qui fait peur. Des formes de retraites par capitalisation existent déjà en France. La Prefon pour les fonctionnaires, depuis 1968, mais aussi les retraites dites "surcomplémentaires", les contrats Madelin, l'épargne salariale. Tous ces systèmes participent d'une définition large de l'épargne retraite par capitalisation. Les acteurs de la banque et de l'assurance estiment que les flux dédiés à l'épargne salariale devraient doubler d'ici à cinq ans et que ce système pourrait servir de tremplin à une réforme des retraites. Employeurs, employés et syndicats dialoguent et coopèrent depuis longtemps. Ils bénéficient d'avantages fiscaux considérables, dans l'attente d'un signal politique fort.Quels enjeux de ces évolutions pour l'industrie de l'assurance ?Nous distinguons trois problématiques. Tout d'abord, quelle sera la part d'argent frais dédiée à l'épargne retraite, comparée à celle qui relèvera d'une simple réallocation de l'épargne existante ? La possibilité pour l'employeur d'abonder jusqu'à 300 % de l'apport de l'employé représente la manne principale d'argent frais. Le deuxième enjeu pour les assureurs sera de se positionner, dans cette captation, face aux banques qui bénéficient déjà d'une proximité avec les entreprises et d'une expérience de la gestion d'actifs. Les assureurs ont un accès privilégié aux PME, avec lesquelles ils collaborent déjà, via les produits traditionnels d'assurance, ainsi que les caisses de retraites. Enfin, il s'agit de bénéficier au mieux de ce très probable relais de croissance, dans un marché réputé très compétitif.Comment sont positionnés les groupes français pour aborder cette phase de croissance?Comme nous l'avons dit, les assureurs doivent s'affirmer face aux banques. Parmi eux, Axa reste le mieux positionné en termes opérationnels. Axa gère environ 6 milliards d'euros d'épargne salariale alors qu'AGF n'est pas encore positionnée sur ce segment. Cette dernière pourra toutefois bénéficier de l'expérience et des moyens d'Allianz. Enfin, la CNP bénéficie de ses liens étroits avec les caisses de retraites et l'Etat car elle gère 40 % de la Prefon, dont le système pourrait être élargi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :