Business Objects salué par le marché

 |  | 324 mots
Lecture 2 min.
Particulièrement entourée - plus d'un million de titres ont changé de main sur la séance, à comparer à une moyenne de 300.000 titres échangés par séance le mois dernier -, l'action Business Objects s'est octroyé un gain de 2,56% lundi pour finir à 43,95 euros. C'est une recommandation favorable émanant de Goldman Sachs qui incite les investisseurs à se positionner sur la valeur ce matin.Le courtier américain, qui jusqu'à présent était à "surperformer" sur le titre, a décidé de faire figurer l'éditeur de logiciels dans sa liste de valeurs recommandées. Goldman Sachs a par ailleurs relevé son objectif de cours à 61 euros ou 54 dollars, Business Objects étant également coté sur le Nasdaq. Un nouvel objectif de cours qui confère à la valeur un potentiel de hausse d'environ 38%. La décision de la banque d'affaires est motivée par les prévisions de croissance du groupe français pour les exercices 2002 et 2003, croissance soutenue par l'arrivée de nouveaux produits, précise Goldman. Si Business Objects n'a pas rendu public ses prévisions pour 2003, ce dernier entend néanmoins porter son chiffre d'affaires entre 450 et 470 millions de dollars cette année, ce qui correspond à une croissance de plus de 12% en milieu de fourchette. Le groupe attend un bénéfice compris entre 75 et 79 cents par action, à comparer aux 67 cents attendus pour 2001.Spécialiste des outils d'aide à la décision (Business Intelligence), Business Objects a bien résisté au ralentissement économique et à la chute des investissements informatiques des entreprises en 2001. Certes, les bénéfices du groupe se sont contractés l'an dernier, avec un recul attendu du bénéfice net par action de 30%. Toutefois, soutenu par une croissance de son chiffre d'affaires estimée autour de 14%, Business Objects est parvenu à gagner des parts de marché aux Etats-Unis, notamment face à son concurrent américain Cognos. Il réalise désormais 43% de son activité dans ce pays, soit presque autant qu'en Europe (49%). latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :