Cordiant, la mariée aux nombreux prétendants

 |  | 565 mots
Lecture 3 min.
À en croire les rumeurs qui courent depuis quelques mois, Cordiant, l'agence de publicité anglaise, suscite l'intérêt de plusieurs rivaux internationaux du secteur, dont Publicis, Havas et Omnicom. Publicis serait en tête du peloton, grâce au partenariat existant avec Cordiant dans Zenith Omnimedia (Publicis 75%, Cordiant 25%) et à la récente levée de fonds qu'elle vient de réaliser à la Bourse de Paris. L'action de Cordiant, en attendant, grimpe de plus en plus - gagnant même 16% en une seule séance - même si sa capitalisation boursière reste suffisamment basse pour que les observateurs parient sur sa prochaine perte d'indépendance.Quoi qu'il en soit, certains analystes doutent de la possibilité d'une OPA à court terme. Les entreprises qui, théoriquement, ont les moyens financiers de lancer une offre, se concentrent actuellement sur la remise en ordre de leurs propres affaires - y compris Publicis. Certes, le groupe français vient d'émettre des Océane d'un montant total de 690 millions d'euros, un emprunt qui pourrait servir à lancer une OPA sur Cordiant, d'après des articles dans la presse d'outre-Manche. Cependant, cette information n'a provoqué que des démentis de la part de la société et les analystes qui suivent Publicis semblent en accord avec les déclarations de l'entreprise. Jean-Michel Etienne, directeur des finances de Publicis, dit que la société "profitait d'une fenêtre de marché" et affirme que l'émission "n'était pas dans ce but [de lancer une offre sur Cordiant]". Même si Publicis ne dément pas la possibilité d'une OPA future, les analystes pensent que le groupe serait plutôt intéressé par le secteur des services marketing. Un analyste à Paris s'est même demandé pourquoi Publicis prendrait le risque de "s'empoisonner" avec une société telle que Cordiant dont la prestation récente est "affreuse" et qui de plus perd des clients.Omnicom, la multinationale américaine, est une autre entreprise relativement riche qui serait intéressée par le dossier. Toutefois, les analystes sont d'avis qu'Omnicom ne cible absolument pas Cordiant. D'ailleurs, une source qui connaît bien Omnicom renforce cette opinion en déclarant que la société américaine viserait plutôt Aegis, la société britannique d'achat d'espace.Havas Advertising pourrait également entrer dans la bataille, surtout depuis la débâcle de son OPA amicale sur Tempus - une autre société britannique d'achat d'espace - l'année dernière. L'opinion du marché, c'est qu'Havas, encore célibataire, doit faire une grande acquisition pour pouvoir maintenir sa compétitivité et garantir sa rentabilité. Un analyste parisien voit beaucoup de synergies entre les deux sociétés et estime que Cordiant serait la solution potentielle aux problèmes d' Havas. Jacques Hérail, directeur des finances d'Havas, ne veux pas commenter ce dossier spécifiquement, mais affirme que son groupe procède en permanence à une analyse du marché. Sans pour autant, précise-t-il, envisager une acquisition importante à court terme.A moyen terme, tout est possible, disent les analystes. Le premier qui aura terminé la remise en ordre chez lui pourra s'offrir une cible aussi importante que Cordiant. Une action de l'un forcera les autres à bouger. D'ailleurs, une situation similaire s'est produite lors de la bataille pour Tempus: Havas a lancé son offre, ce qui a précipité une contre-OPA gagnante de la part de WPP.par Ben Smith

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :