Franc succès pour l'émission d'Océane de Publicis

 |  | 292 mots
Lecture 1 min.
Les résultats de l'émission d'Océane (obligations à option de conversion et/ou d'échange en actions nouvelles ou existantes) lancée hier par Publicis démontrent encore une fois à quel point ce type d'opération plaît aux investisseurs. L'agence de publicité vient en effet d'annoncer que l'opération avait été souscrite 17 fois.Grâce à cet emprunt, le groupe récolte 690 millions d'euros après exercice de l'option de surallocation accordée aux banques partenaires, Deutsche Bank, BNP Paribas et Merrill Lynch. D'une durée de 16 ans, ces obligations convertibles présentent un rendement de 1%. Fixée à 39,15 euros jeudi soir, leur valeur nominale représente une prime de 35% par rapport au cours de l'action Publicis au moment de la fixation du prix. Les fonds ainsi récoltés seront utilisés à la réduction de la dette de Publicis. "Elle (l'émission) nous permet d'optimiser notre situation financière en restructurant notre dette et en réduisant nos frais financiers", a déclaré à l'agence Reuters un porte-parole du groupe. La dette nette de Publicis s'élevait à environ 500 millions d'euros à fin 2001, a-t-il par ailleurs précisé. Une nouvelle propre à rassurer les investisseurs qui craignaient que le produit de cet emprunt ne soit destiné au financement d'une nouvelle acquisition.Ce qui n'a toutefois pas empêché le titre Publicis, victime d'arbitrages, de reculer de 3,61% sur la séance de jeudi et d'abandonner à nouveau 1,39% vendredi (28,99 euros). Les émissions d'obligations convertibles ont remporté un franc succès en 2001, d'autant plus que les marchés actions étaient déprimés l'an dernier. Ainsi, pas moins de 52 milliards d'euros d'obligations convertibles ont été émis en Europe en 2001 au travers de 76 opérations. Une progression de plus de 80% par rapport à l'année 2000 (lire article ci-contre).latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :