Les marges toujours sous pression chez Elior

Le groupe de restauration collective Elior n'est toujours pas sorti de l'ornière. Après le recul de 1,8% constaté sur sa marge d'exploitation au second semestre de l'exercice précédent (à fin septembre 2001), les chiffres du premier semestre de l'exercice 2001/2002 (à fin mars) montrent eux aussi un tassement de la marge.Avec un résultat d'exploitation inchangé, à 53,4 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires en hausse de 15,9% à 1,17 milliard d'euro, la marge d'exploitation est en effet tombée de 5,2 à 4,5%, notamment sous le coup de l'augmentation du prix des denrées alimentaires. Les analystes s'attendaient toutefois à une dégradation plus marquée, avec une prévision de résultat d'exploitation de 50 millions d'euros pour le consensus Reuters.A l'international, la marge a progressé de 0,8 point à 5,2%. Mais le groupe n'a pas connu la même réussite sur le marché français. "Le résultat d'exploitation avant frais de siège groupe des activités en France s'établit à 48,5 millions d'euros. La baisse de marge s'établit à 1,4%, dont 0,6% imputables à l'environnement du secteur du transport aérien", explique le communiqué de la société.Quant au résultat net, il a perdu 80% à 2,2 millions d'euros en raison d'une augmentation des frais financiers (+64%) et de l'amortissement du goodwill (+53%).Mais Elior se dit sur la bonne voie pour inverser la tendance. "En restauration collective, les plans d'action lancés en début d'exercice pour redresser les marges ont en effet porté leurs premiers fruits sur le semestre écoulé. Les effets conjugués des renégociations de prix de vente, de la maîtrise des facteurs de coûts et d'un contexte d'évolution des prix alimentaires plus favorable permettent d'anticiper l'accélération de ce redressement au second semestre", précise le groupe. Ainsi, en notant que la baisse de la marge s'est ralentie sur ce premier semestre, il affirme que "le redressement est en cours".Ce rebond devrait toutefois se faire à un rythme moins élevé que prévu. Le groupe table sur un chiffre d'affaires en hausse de 14% pour un taux de croissance organique de 4%. Des chiffres en bas de fourchette, voire même légèrement inférieurs aux précédentes estimations qui, pourtant, avaient déjà été revues à la baisse en janvier dernier. Elior avait alors fait passer son pronostic de progression annuelle des revenus d'une fourchette de 15 à 20%, à 15% seulement. De même, la croissance organique avait été ramenée à 4 à 6%, contre 5 à 7% précédemment envisagés.De leur côté, les analystes affichent une légère déception suite à ces annonces. "Le groupe confirme une croissance de son activité de 14%, alors que nous attendions une croissance supérieure à 15%", souligne Aurel-Leven, tandis que Fideuram-Wargny s'inquiète plutôt de la rentabilité à venir. "Elior prévoit un Ebitda en progression de 15%, soit environ de 178 millions d'euros contre 189 millions dans nos prévisions 2002 actuelles", écrit le bureau d'analystes qui ajoute: "ces résultats nous amènent à revoir nos prévisions 2002 à la baisse". En Bourse, le titre s'est montré très volatil ce mardi. Après une ouverture dans le rouge, il a été réservé à la hausse et gagne 7,81% à 7,87 euros en clôture. Il faut noter que, en dépit de leur déception, certains bureaux comme Fideuram-Wargny restent positifs pour des raisons de valorisation. En outre, le groupe a indiqué au cours de la matinée qu'il comptait améliorer sa marge opérationnelle d'un point en trois ans.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.