Bayer poursuit sa politique de recentrage

 |   |  287  mots
Le groupe pharmaceutique Bayer a annoncé ce matin sa décision de vouloir se séparer de ses activités insecticides domestiques avant la fin de l'année 2002. Le président du directoire, Manfred Schneider, a expliqué que cette cession s'inscrivait dans un plan plus large de "recentrage de la firme sur son activité de recherche, de production et de distribution de médicaments pour l'homme et l'animal ainsi que sur les systèmes de diagnostic".Le groupe est ainsi actuellement vendeur de ses activités d'arômes et parfums (Haarman et Reimer), d'additifs chimiques (Rhein Chemie Rheinau) et pourrait céder ses fibres plastiques. En tout, Bayer entend récupérer 3 à 4 milliards d'euros, dont environ 500 millions grâce à la vente des insecticides. Une somme nécessaire pour un groupe qui, compte tenu de l'acquisition d'Aventis CropScience, pourrait voir ses dettes s'élever à 15 milliards d'euros.Les activités insecticides de Bayer sont connues en France par la marque Baygon. L'objet de la cession serait non les principes actifs, qui resteraient propriété de la firme de Leverkusen, mais les marques, les sites de production et la distribution. La position de Bayer sur le marché des insecticides est forte en Asie et en Amérique latine, mais plus marginale en Europe et aux Etats-Unis. Aucun repreneur potentiel ne s'est, pour le moment, fait connaître.Les marchés, qui connaissent la stratégie de Bayer depuis le retrait du marché de son médicament anti-cholestérol l'été dernier, ont plutôt bien réagi à cette nouvelle, dans l'attente des résultats 2001 qui devraient être annoncés demain. Le titre est la seconde hausse du Dax avec une hausse de 1,35% à 38,95 euros à la clôture .latribune.fr, avec agence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :