Démission du patron d'Andersen

 |  | 327 mots
Nouveau rebondissement dans l'affaire Andersen, le cabinet d'audit actuellement en pleine tourmente judiciaire aux Etats-Unis et menacé de démantèlement. Son PDG Joseph Berardino a annoncé sa démission afin d'assurer la survie de son groupe. Par cette action, le PDG quinquagénaire en poste depuis 30 ans au sein du cabinet, laisse le champ libre à l'ancien président de la Réserve fédérale Paul Volcker, qui veut mettre en oeuvre un plan de sauvetage de l'entreprise.Le départ de Joseph Berardino intervient en effet quelques jours après qu'un comité indépendant, dirigé par Paul Volcker, eut proposé de "prendre le contrôle total d'Andersen" afin de restaurer son image et son bon fonctionnement. Ce comité serait doté d'une équipe de direction, composée de spécialistes de l'audit comptable dont l'ancien PDG du cabinet Deloitte and Touche Michael Cook, et présidé par Paul Vocker lui-même. Chargé de vérifier les comptes du courtier en énergie Enron, Andersen est accusé d'avoir détruit des tonnes de documents liés à la comptabilité du groupe texan alors que les autorités avaient ouvert une enquête sur ce scandale. Il est en outre soupçonné d'avoir caché les manipulations comptables qui ont mené Enron à la faillite en décembre. Inculpé le 14 mars d'entrave à la justice, le procès du cabinet devrait s'ouvrir le 6 mai prochain.Afin de sauver Andersen aux Etats-Unis, Paul Vocker veut tenter de convaincre la justice américaine d'abandonner les poursuites à l'encontre du groupe. Joseph Berardino espère que sa démission va maintenant l'aider à poursuivre ces négociations. Par ailleurs, Paul Volcker a fixé, comme autre condition du plan de sauvetage, la nécessité de parvenir à des accords amiables avec la SEC et tous les plaignants dans l'affaire Enron, et de limiter les sommes à verser dans le cadre de ces accords compte tenu de la situation financière du cabinet, qui a perdu beaucoup de clients ces derniers temps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :