"2002 et 2003 seront les années de la massification du marché de la photo numérique"

latribune.fr. - Quel bilan tirez-vous du système Easyshare lancé il y a un an ?Pierre Schaeffer. - Notre système qui permet le transfert de photos par ordinateur, le rechargement des batteries de l'appareil photo et le lancement du logiciel propre à Kodak a bien pénétré le marché américain. En 2001, nous avons augmenté notre part de marché de 10% dans un volume de 6,5 millions d'unités aux Etats-Unis. Début 2001, nous étions au cinquième rang des ventes d'appareils numériques dans ce pays et nous avons terminé l'année à la troisième place. En Europe, le décollage est un peu plus long mais le marché européen est traditionnellement en retard de 12 à 18 mois sur son homologue américain. La France et l'Allemagne en sont donc encore aux prémices de ce marché alors que la Grande Bretagne semble un peu plus en avance. Le consommateur non spécialiste et plutôt occasionnel s'est montré très pragmatique dans son approche. La question qu'il se pose en fait est de savoir comment le numérique fait de lui un meilleur photographe et non de savoir s'il doit être un spécialiste du numérique pour faire de bonnes photos. C'est un peu la même chose que la photo argentique d'il y a cent ans. Il n'était pas nécessaire d'être un spécialiste de la chimie de l'argentique pour faire de la photo. L'un des grands enseignements que nous avons tirés du lancement d'Easyshare aux Etats-Unis et en Europe, c'est que le public de la photographie numérique se féminise. Il était composé à parts égales de femmes et d'hommes aux Etats-Unis fin 2001. En fait, il est en ligne aujourd'hui avec le coeur de marché général de la photographie.Qu'attendez vous de 2002 ?Cette année et l'an prochain marquent une étape critique dans la marche en avant de la photo numérique. L'appareil photo numérique est en passe en effet de devenir une activité de tous les jours et non plus un événement occasionnel. Ce sont donc les années de la "massification" de ce marché qui sont devant nous. C'est aussi une période où l'appareil numérique va devenir l'appareil principal de la famille et du grand public et non plus un appareil secondaire ou d'appoint. Reste que son développement dépend aussi de l'infrastructure informatique disponible à la maison. La présence du PC pour le stockage et la diffusion grâce à la connexion Internet joue un rôle majeur dans la décision de sauter le pas vers le numérique. Si la photo est un véritable hobby pour quelqu'un, alors oui il aura tendance à s'équiper en informatique si ce n'est déjà fait. Mais le passage au numérique ne provoque pas forcément un acte d'achat de matériel informatique. Mais si demain la connexion au réseau, destinée à de transmettre les photos qu'on vient de prendre, peut se faire grâce à un autre appareil que le PC, on déplacera la problématique de la connexion vers d'autres appareils.Et au delà ?On va commencer à regarder le marché de la photo numérique comme autre chose qu'une simple extrapolation des services rendus par la photo traditionnelle. Un peu comme le marché du PC. Il y a vingt ans, on le vendait comme un remplaçant des machines à écrire électroniques. Aujourd'hui, quel vendeur pense encore de cette manière ? Oui, les appareils photos numériques deviennent de petits ordinateurs avec des capacités de stockage. Donc on va pouvoir se concentrer sur des choses nouvelles pour ces appareils.Mais nous ne ménagerons pas pour autant nos efforts pour porter la photo numérique dans le grand public. La récente introduction de notre gamme d'appareils comportant une capacité de résolution de 4 millions de pixels va dans ce sens. Traditionnellement, sur le marché, on trouve des appareils entre 2 et 3 millions de pixels. Les 4 millions étaient plutôt réservés aux professionnels et amateurs éclairés. Notre offre Easyshare avec 4 millions de pixels se situe en dessous des 5.000 francs, une barre souvent reconnue comme psychologique par les analystes du marché.Propos recueillis par Thierry Michel, au CeBIT

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.