eBookers tout près de l'équilibre opérationnel

Comme ceux de Lastminute la semaine dernière (lire ci-contre), les résultats trimestriels publiés par eBookers confirment la capacité des voyagistes en ligne à dégager des profits malgré une conjoncture défavorable dans le secteur. Même si le bénéfice net n'est pas encore à l'ordre du jour, le groupe britannique continue en effet de s'en rapprocher. Au deuxième trimestre, la perte avant impôts d'eBookers a atteint 3,56 millions de livres (5,58 millions d'euros) : c'est un peu moins qu'au premier trimestre et surtout 60% de moins que sur la même période de l'an dernier. L'Ebitda négatif (équivalent de la perte brute d'exploitation) a pour sa part été ramené à 947.000 livres (1,48 million d'euros) hors coût des programmes de stock-options. Et l'Ebitda a été positif sur le trimestre sur les principaux marchés du groupe en Europe. La perspective de franchir le cap symbolique de l'Ebitda positif est donc très proche, d'autant que le transfert des principales fonctions techniques et commerciales en Inde est pratiquement achevé : eBookers emploie désormais 350 personnes sur le sol indien, contre 200 il y a trois mois. Une délocalisation évidemment destinée à réduire les charges d'exploitation, mais qui a pour l'instant un coût, chiffré à 0,6 million de livres sur le deuxième trimestre.Cette délocalisation, doublée de l'installation en cours à Dublin d'un second centre d'appel, a contribué à l'augmentation de la marge brute, portée à 10,5% au deuxième trimestre, contre 9,5% il y a un an. Et ce malgré les baisses de tarifs pratiquées par bon nombre de compagnies aériennes, qui ont favorisé le taux de remplissage de leurs avions ces derniers mois. Malgré une demande qualifiée de "faible" sur l'ensemble du secteur, eBookers a en outre accru son chiffre d'affaires de 17% par rapport au premier trimestre, à 71 millions de livres (111,3 millions d'euros), soit 46% de plus que sur la période avril-juin 2001. Et la tendance à la hausse se poursuit : "l'activité du troisième trimestre est bonne et nous prévoyons d'enregistrer une nouvelle croissance", souligne le président et principal actionnaire du groupe, Dinesh Dhamija.A la Bourse de Londres, ces bons résultats ne surprennent plus les investisseurs : le titre a gagné lundi 4,21% à 247,5 pence. Après avoir stagné plusieurs mois sous les 120 pence, il avait quasiment triplé entre avril et fin juin, avant de perdre la moitié de sa valeur pendant le krach rampant de juillet. Il est de nouveau reparti à la hausse depuis le début du mois.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.