Ciena rachète un concurrent pour 900 millions de dollars

 |  | 363 mots
Lecture 2 min.
Ciena, l'équipementier pour réseaux optiques qui continue de souffrir du ralentissement du secteur des télécommunications, a annoncé lundi la reprise d'un de ses concurrents, ONI, pour 900 millions de dollars. Ce rachat devrait permettre à Ciena d'accroître sa part de marché dans les zones urbaines, et d'accélérer son retour à la rentabilité, a affirmé le groupe. L'équipement des zones urbaines est en effet censé repartir plus vite que le marché longue distance en cas de reprise économique. L'opération sera entièrement réglée par échange d'actions. Ciena va proposer 0,7104 de ses titres pour chaque action ONI, offrant ainsi une prime de 12% sur la base des cours de clôture de vendredi soir. Les actionnaires d'ONI conserveront 24% de la société nouvellement créée.Ciena a fait état de perspectives très décevantes lors de la publication de ses résultats du dernier trimestre. Son chiffre d'affaires devrait atteindre pour les trois premiers mois de l'année à peine 160 millions de dollars, soit 55% de moins que sur les trois premiers mois de 2001 et 30% de moins qu'attendu par les analystes. La perte par action, hors coûts de restructuration, devrait se situer en outre entre 19 et 22 cents, là où Wall Street tablait en moyenne sur une perte limitée à 11 cents. Le groupe, dont plusieurs clients comme Global Crossing, Mc Leod ou Enron Communications, ont mis la clé sous la porte, espère dans le meilleur des cas une stabilisation du chiffre d'affaires au second trimestre. Le groupe a donc annoncé début février un nouveau plan de restructuration touchant 400 personnes, soit 12% de ses effectifs, après avoir supprimé 380 postes trois mois auparavant. Il a également décidé la fermeture pure et simple de son centre de recherche et développement de Marlborough, dans le Massachussetts. Ce nouveau plan social se traduira dans les comptes du deuxième trimestre par une charge exceptionnelle de 9 à 11 millions de dollars. Le groupe avait déjà passé une provision pour dépréciation d'actifs de 1,7 milliard de dollars inscrite dans les comptes 2001, pour tenir compte de la dévalorisation de plusieurs acquisitions récentes, à commencer par celle de Cyras Systems.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :