Intersil acquiert Elantec pour 1,4 milliard de dollars

 |  | 479 mots
Une fois de plus, sur le marché des semi-conducteurs, le ralentissement de la croissance favorise la consolidation. Après la très difficile année 2001, et alors que la reprise s'annonce lente, Intersil, spécialiste des puces pour communications mobiles, vient d'annoncer l'acquisition d'Elantec, positionné pour sa part sur le marché des processeurs pour lecteurs et graveurs de CD et lecteurs de DVD, ainsi que sur celui des puces pour écrans plats. L'opération valorise Elantec 1,4 milliard de dollars, en incluant une prime de 15% sur le cours moyen des trente dernières séances de cotation, précise Intersil dans un communiqué. Les actionnaires de la cible recevront, pour chaque titre détenu, 1,24 action Intersil et 8 dollars en numéraire. Ils détiendront, au terme de l'opération, 23% du nouveau groupe, contre 77% pour les actionnaires actuels d'Intersil. A la mi-séance sur le Nasdaq, l'action Elantec gagnait 15,58% à 47,62 dollars, tandis qu'Intersil cédait 10,72% à 32,72 dollars. Elantec est la troisième acquisition réalisée par Intersil depuis sa création, mais la première hors du marché des communications mobiles. Cependant, "Intersil et Elantec ont en commun un nombre important de clients et leurs portefeuilles de produits sont complémentaires", souligne l'acquéreur dans un communiqué. Spécialiste des puces pour réseaux locaux sans fils (WLAN pour "wireless local access networks) à la norme 802.11 (également appelée Wi-Fi), Intersil compte parmi ses clients plusieurs grands constructeurs informatiques et fabricants d'équipements de réseaux, comme Dell, Compaq, IBM, Cisco, Alcatel, Nortel et Nokia. La société a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 481 millions de dollars, en recul de 18%, et un résultat net de 41,6 millions.Pour sa part, Elantec possède une large gamme de produits dédiés aux équipements vidéos (écrans, moniteurs, caméras...), au stockage optique, mais aussi aux connexions xDSL (cartes, modems, routeurs...). Sur l'exercice fiscal 2001, ses ventes ont progressé de 11% à 112,5 millions de dollars et son résultat net a atteint 7,3 millions. Son intégration à Intersil devrait donc réduire l'exposition de ce dernier au marché des équipements télécoms, encore incertain. Et par la même favoriser la croissance du chiffre d'affaires.Sur le plan financier, les réductions de coûts engendrées par la fusion devraient avoir un impact positif sur le résultat par action dès l'an prochain. Le nouveau groupe affichera une trésorerie nette de 550 millions de dollars et une dette nulle, note en outre Dan Heneghan, le directeur financier d'Intersil. Soulignant que cette acquisition ne vise pas à répondre à un essoufflement de la demande, il précise qu'Intersil a revu ses prévisions d'activité trimestrielles à la hausse : le chiffre d'affaires pour les trois premiers mois de l'année devrait afficher une hausse de 6 à 8%, au lieu des 3 à 5% attendus jusqu'à présent. Quant au bénéfice par action, il devrait atteindre 0,13 dollar, au lieu de 0,12.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :