Alcatel confirme la cession de trois usines à Sanmina

 |  | 359 mots
Lecture 2 min.
Alcatel poursuit sa politique de cession. L'équipementier télécoms français a confirmé la vente de trois de ses usines européennes, comme l'annonçait la Tribune lundi. C'est le sous-traitant électronique américain Sanmina-SCI qui reprendra les usines de Cherbourg en France, de Guzenhausen en Allemagne et de Tolède en Espagne. "Les termes [financiers] de la transaction qui comprend un contrat pluriannuel de fourniture d'équipements ne sont pas révélés", précise Alcatel dans un communiqué.Le rachat des trois usines, qui emploient au total 1.500 personnes, devrait être finalisé avant l'été et l'opération reste soumise à l'approbation des autorités de la concurrence européennes et américaines. Le site de Cherbourg est spécialisé dans la production de faisceaux hertziens, celui de Guzenhausen dans les systèmes de commutation voix-données, et celui de Tolède dans les systèmes d'accès filaire. Leur vente à Sanmina-SCI marque une nouvelle étape de la mise en oeuvre de la stratégie de Serge Tchuruk, le patron du groupe, visant à transformer Alcatel en "entreprise sans usines", afin de concentrer les efforts et les investissements sur le coeur de métier. L'équipementier désire ainsi porter toute son attention sur la recherche et développement, la conception de nouveaux produits et de nouvelles solutions, le marketing et la commercialisation. Le recours à la sous-traitance est en effet un moyen de gagner en souplesse et de réduire les coûts. En mauvaise posture financière, le groupe avait fait part de son intention de ramener son point mort à 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en rythme trimestriel, soit une diminution de 20% par rapport à la moyenne trimestrielle de 2001. Un effort qui devrait permettre au groupe français de dégager un profit opérationnel cette année. Pour l'instant, selon le dernier consensus Jacques Chahine, Alcatel devrait enregistrer un bénéfice d'exploitation d'environ 300 millions d'euros cette année contre une perte opérationnelle estimée de 229 millions d'euros pour 2001.A la Bourse de Paris, le titre Alcatel, essentiellement favorisé par les prévisions encourageantes de son concurrent Nokia, gagne 4,79% à la clôture à 17,50 euros. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :