NTT DoCoMo va entrer en Bourse à New York et à Londres

 |  | 503 mots
Lecture 2 min.
Evoquée depuis plusieurs mois, la décision est désormais officielle : NTT DoCoMo, la filiale mobile du géant japonais NTT, sera cotée début mars à la Bourse de Londres et à celle de New York. Une opération destinée à conforter la stratégie internationale du premier opérateur mobile asiatique, dont les ambitions de développement en Europe et aux Etats-Unis ont été freinées en 2001 par la crise du secteur. L'introduction à Londres et à New York du groupe, dont la capitalisation boursière approche 120 milliards d'euros, ne donnera lieu à aucune émission d'actions nouvelles, précise-t-il. En revanche, NTT DoCoMo en profitera pour diviser par cinq le nominal de son action. Un "split" censé ramener la valeur du titre à des niveaux plus abordables pour les investisseurs européens et américains. L'action valait vendredi en clôture 1,38 million de yens, soit environ 11.700 euros ou 10.240 dollars. Après division du nominal, elle figurera cependant encore parmi les titres les plus chers des marchés londonien et new-yorkais. DoCoMo, qui revendique 39 millions d'abonnés dans le monde, avait fait irruption sur le marché européen en 2000 dans la perspective du lancement de la norme de troisième génération UMTS. Il avait ainsi participé à la mise aux enchères de plusieurs licences et avait pris 15% du capital de KPN Mobile, la filiale spécialisée de l'opérateur historique néerlandais. Mais les retards accumulés par la nouvelle norme, la crise traversée par KPN, le ralentissement de la croissance du marché mobile et la chute des valorisations du secteur ont refroidi ses ardeurs de conquête sur le Vieux continent. Ce retournement de situation a lourdement pesé depuis sur les comptes du groupe, dont le dernier bénéfice semestriel a chuté de moitié (lire article ci-contre).Aux Etats-Unis, où il détient 16% d'AT&T Wireless Group, la branche mobile du géant AT&T, DoCoMo pourrait aussi chercher, au cours des prochains mois, à renforcer ses positions sur un marché mobile loin d'être saturé, à la différence du marché européen. Mais pour réaliser des acquisitions aux Etats-Unis, disposer d'une monnaie d'échange sous forme de titres cotés à Wall Street est quasiment indispensable, à défaut d'avoir un trésor de guerre dilapidé depuis longtemps. La double introduction sur les marchés boursiers anglo-saxons vise aussi, comme l'explique le groupe, à "élargir les options de financement de DoCoMo". En clair, à faciliter d'éventuelles levées de fonds, sous forme d'émissions obligataires, voire une possible vente de titres par NTT, qui possède encore 64% du capital de DoCoMo. Ce dernier, qui a lancé timidement ses premiers services de troisième génération en octobre au Japon, aura en effet besoin de capitaux au cours des prochains mois pour assurer la transition vers la "3G" de son principal actif, son portefeuille de plus de 20 millions d'abonnés japonais au service interactif i-mode, et pour transformer ce succès 100% nippon en moteur de sa croissance internationale.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :