« Aquarelle.com est bénéficiaire depuis novembre »

Quel bilan tirez-vous de l'année 2001 et quelles perspectives envisagez-vous pour cette année ?Aquarelle SA, qui gère les boutiques physiques gagne de l'argent, avec un chiffre d'affaires de 35 millions de francs en 2001. En ce qui concerne Aquarelle.com en particulier, le site est bénéficiaire en France depuis novembre, et devrait l'être sur l'ensemble de l'année 2002, mais sera en perte en 2001. Les activités à l'international seront dans le vert l'année suivante, normalement. Pour 2002, nous envisageons une croissance des ventes de 60 à 80% sur Internet.Qu'est-ce qu'Internet a changé dans la vente de fleurs ?En fait, Politel, une entreprise spécialisée dans les services Minitel, que j'ai créée en 1985 a investi dans Aquarelle créé par mon frère en 1987. La vente de fleurs était juste un moyen de diversifier nos activités. En 1987, nous avons donc ouvert un premier magasin puis nous sommes montés jusqu'à 24-25 magasins, plus une dizaine de boutiques portant l'enseigne " Au nom de la Rose ", que nous avons cédées depuis. Actuellement nous avons 16 magasins, dont une dizaine à Paris, un à Rennes, à Londres, à Madrid et à Munich. Si nous avons aujourd'hui moins de boutiques, c'est que nous préférons miser sur Internet.Par rapport à d'autres produits, le commerce de fleurs sur Internet est révolutionnaire sans l'être. La transmission florale a commencé en 1911 aux Etats-Unis et Interflora pratique la vente de fleurs à distance depuis 80 ans. Sur ce marché, les gens sont habitués à acheter un produit qu'ils n'ont pas vu. Du coup, Internet est un progrès puisque qu'avec Aquarelle le client voit ce qu'il achète. On lui garantit en plus une qualité de services supérieure à la transmission florale téléphonique en lui renvoyant par mail la photo du bouquet choisi.Vos clients ont-ils des exigences particulières sur Internet ?Le service et le suivi de la commande sont primordiaux. En effet, la personne qui achète des fleurs veut adresser un message d'amour ou d'amitié. Elle tient à s'assurer que sa commande est bien parvenue à son destinataire et on doit lui proposer des plages horaires de livraisons de maximum 4 heures. En plus, nos clients sont beaucoup plus exigeants avec nous qu'avec Interflora qui bénéficie d'une meilleure image en raison de sa longévité. Nous avons donc développé pour accompagner les messages adressés par nos clients un système d'information très complexe, car le suivi des commandes doit être très précis et la part d'informations délivrées au client sur sa commande conséquente.Les cyber-commerçants sont confrontés à des problématiques de logistique évidentes. Quelles sont les problématiques dans la vente de fleurs ?En fait, ce ne sont pas la matière première ou même la fabrication du bouquet qui sont chères, mais les étapes logistiques, le portage ou la livraison. Dans le commerce de fleurs, en raison de l'exigence des clients, le coût de ces étapes est bien supérieur à celui concernant la livraison d'un livre, par exemple. Globalement sur ce marché, plusieurs modèles existent. Dans le cas d'Aquarelle, nous avons opté pour la fabrication des bouquets dans une seule et même manufacture basée pour la France à côté de Senlis, et non pas dans les magasins, comme Interflora. C'est pour cette raison que nous pouvons en permanence assurer aux clients la disponibilité des bouquets qu'ils choisissent, ainsi que leur fraîcheur. En effet, en raison des débits, les fleurs arrivent directement de Hollande mais aussi d'ailleurs tous les matins et sont protégées de la lumière dans les manufactures. Cette gestion est impossible lorsque les bouquets sont fabriqués en magasin. D'une part, il est impossible d'assurer l'état des stocks, et d'autre part, les boutiques ne sont pas livrées tous les jours et les fleurs peuvent y rester deux ou trois jours avant d'être vendues. Enfin, ces choix nous permettent d'être de 20 à 30% moins chers que nos concurrents directs positionnés dans la transmission florale, car l'organisation logistique dans un magasin est très lourde à gérer. En revanche, cela nous prive d'un certain nombre de services qui nécessitent une intervention locale comme la livraison en deux heures, ou les bouquets de mariage ou d'enterrement.propos recueillis par Sandrine C

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.