EMC souffre de la baisse des volumes et de la guerre des prix

 |  | 450 mots
Lecture 2 min.
Les temps restent difficiles pour EMC, premier fabricant mondial d'équipements et de logiciels de stockage de données. Dopé dans les années 1998-1999 par l'essor d'Internet et l'augmentation exponentielle des volumes de données à stocker, le groupe américain souffre depuis un an du ralentissement des investissements des entreprises en équipements de haute technologie. Une crise sectorielle que n'arrange guère la concurrence accrue d'autres grands noms de l'informatique : Hitachi, Sun, Compaq, Network Appliance et surtout IBM. Malgré les mesures d'économies adoptées l'automne dernier et l'annonce de la suppression de 4.000 emplois au total sur 23.000, ces difficultés se reflètent encore nettement dans les comptes du quatrième trimestre : EMC accuse en effet une perte nette de 70 millions de dollars, contre un bénéfice de 563 millions sur la même période de l'an dernier. Le chiffre d'affaires, lui, malgré une progression de 25% par rapport au troisième trimestre, ne dépasse pas 1,51 milliard de dollars, un chiffre en recul de 42% par rapport au quatrième trimestre 2000.Sur l'ensemble de l'année, les ventes accusent un recul de 20%, à 7,09 milliards de dollars. Quant à la perte annuelle nette, elle atteint 508 millions de dollars, en incluant la charge exceptionnelle pour restructurations de 675 millions inscrite dans les comptes du troisième trimestre. Pour les dirigeants du groupe, les derniers mois de l'année 2001 ont permis à EMC d'entamer son redressement : ils soulignent ainsi la croissance à deux chiffres des ventes de toutes les grandes familles de produits et des principales zones géographiques. Ainsi, la progression du chiffre d'affaires atteint 52% d'un trimestre sur l'autre dans le stockage en réseau (NAS, pour network-attached storage, et SAN, pour storage area networks), 45% pour les logiciels de sauvegarde de l'information et 15% pour les services. Ces chiffres encourageants - et les résultats globalement moins mauvais qu'attendu du groupe - permettaient à l'action EMC de se redresser nettement en début de séance jeudi : le titre gagnait 17,45%, à 17,10 dollars, en milieu de journée jeudi. Ce dernier domaine constitue le grand espoir d'EMC : les services ont généré l'an dernier 972 millions de dollars de chiffre d'affaires, soit 59% de plus qu'en 2000. Et à la différence des ventes d'équipements et de logiciels, ils n'ont pas souffert de la baisse des budgets informatiques des clients, restant stables aux deuxième et troisième trimestres par rapport au premier, avant de reprendre leur croissance en fin d'année.Autre arme face à la concurrence, la plate-forme technologique AutoIS, lancée en octobre, qui permet aux entreprises de faire communiquer entre eux des éléments hétéroclites de leurs systèmes de stockage de données et de réduire le coût d'administration de ce stockage. latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :