NTT promet un net redressement de ses finances

 |   |  332  mots
Les avertissements publiés ces dernières semaines par NTT avaient préparé les investisseurs au pire. Ils n'ont pas été déçus : la perte nette publiée par le principal opérateur de télécoms du Japon établit un nouveau record national, hors secteur financier. Elle atteint en effet 812,17 milliards de yens, soit 6,98 milliards d'euros, pour l'exercice clos le 31 mars. Le constraste avec l'année précédente est saisissant, puisqu'en 2000-2001 le groupe avait gagné 464 milliards de yens. Mais cette perte s'explique pour l'essentiel par les quelque 2.000 milliards de yens de provisions et charges exceptionnelles inscrites dans les comptes ces derniers mois. Un tiers de ce total est censé couvrir le coût des restructurations et de la réorganisation des effectifs (200.000 personnes au total), le solde couvrant la dépréciation des participations acquises dans des opérateurs ou des sociétés de services Internet en Europe (KPN Mobile), aux Etats-Unis (AT&T Wireless, Verio) ou en Asie.En revanche, le résultat d'exploitation du groupe continue de progresser : il a atteint 947,32 milliards de yens sur l'exercice (8,14 milliards d'euros), en hausse de 5,4% sur 2000-2001. Une progression supérieure à celle du chiffre d'affaires, qui n'a augmenté que de 2,3% à 11.681,5 milliards de yens (100,3 milliards d'euros).Le grand ménage étant désormais opéré dans le portefeuille de participations et la restructuration bien avancée, NTT a entamé son nouvel exercice avec confiance : il table sur un résultat net consolidé de 361 milliards de yens, pour un chiffre d'affaires de 11.970 milliards. Le plan stratégique présenté mi-avril (lire ci-contre) prévoit de son côté un doublement du résultat d'exploitation du groupe en cinq ans.Pour rassurer un peu plus ses actionnaires, le groupe a décidé de racheter 200.000 de ses actions, pour un montant qui avoisinera 100 milliards de yens (859 millions d'euros). Enfin, NTT va changer de président, Junichiro Miyazu cédant la place le mois prochain à Norio Wada, jusqu'à présent vice-président exécutif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :