Telia et Sonera fusionnent

Cette fois, c'est la bonne ! Un an après l'abandon d'un premier projet de fusion, l'opérateur suédois Telia et le finlandais Sonera ont officiellement annoncé leur intention de se rapprocher, vingt-quatre heures à peine après avoir admis l'existence de négociations sur le sujet. L'accord conclu entre les deux groupes prévoit le lancement par Telia d'une offre publique d'échange sur Sonera, pour créer un nouvel ensemble "leader des télécommunications nordiques". Le groupe issu de la fusion affichera en effet un chiffre d'affaires pro forma 2001 de 83 milliards de couronnes suédoises, soit 9 milliards d'euros. Employant 34.000 personnes, il comptera 14,6 millions d'abonnés mobiles et 1,2 million d'abonnés fixes, pour un marché potentiel de 31 millions de personnes, en Suède, en Finlande et dans les pays baltes (Lettonie, Estonie, Lituanie).Sur le plan financier, l'offre prévoit que chaque actionnaire de Sonera recevra 1,5144 action Telia par titre. Sur la base des cours de clôture de vendredi dernier, le projet inclut ainsi une prime de 15,8%. Si tous les titres Sonera sont apportés, les actionnaires actuels de Telia détiendront 64% du nouvel ensemble, ceux de Sonera 36%. Une domination suédoise confirmée par la domiciliation du groupe à Stockholm. L'Etat suédois, propriétaire de 70% de Telia, et l'Etat finlandais, qui détient 52% du capital de Sonera, ont signé un pacte précisant leur intention de réduire leurs participations respectives dans le nouveau groupe d'ici cinq ans. Cette fusion a été permise notamment par la réduction importante de la dette de Sonera réalisée l'an dernier : le Finlandais a ramené son endettement à 3,26 milliards d'euros fin 2001, contre 9 milliards un an plus tôt. Le nouvel ensemble affiche ainsi une dette pro forma de 3,9 milliards d'euros, soit 1,8 fois son Ebitda 2001. Et le rapprochement doit en outre dégager d'importantes réductions de coûts, estimées par les deux groupes à 300 millions d'euros en rythme annuel à partir de 2005. Cet objectif sera atteint à 50% dès l'an prochain et à 75% en 2004. D'ores et déjà, la décision est prise de céder les activités de téléphonie mobile de Telia en Finlande. Au-delà, Lars-Eric Petersson, le patron de Telia, assure que le nouveau groupe pourra conjuguer croissance organique et croissance externe, par le biais d'acquisitions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.