T-Online a amélioré sa rentabilité

 |  | 433 mots
Le fournisseur d'accès Internet allemand T-Online est décidément sur la bonne voie. Les chiffres publiés pour le premier trimestre de l'exercice 2002 montrent une nette amélioration de la rentabilité du groupe, même s'il reste pour l'instant déficitaire. Sur la période janvier-mars, l'Ebitda négatif ressort à 14 millions d'euros, contre -66,4 millions d'euros à la même époque l'an dernier et -31,27 millions d'euros au dernier trimestre 2001. Surtout, la filiale de Deutsche Telekom affiche un excédent brut d'exploitation en Allemagne de 21 millions d'euros. Ces performances sont à mettre sur le compte des efforts de réduction des coûts réalisés par le groupe.En revanche, la perte nette s'élève à 89,7 millions d'euros, contre -121 millions d'euros l'an dernier. Le groupe explique ce chiffre par les "amortissements de survaleurs d'acquisition" concernant les filiales française Club Internet et espagnole Ya.com. Le chiffre d'affaires a augmenté de 30,5% sur un an à 366 millions d'euros. Les revenus en provenance de l'accès représentent encore plus de 80% du total, mais le chiffre d'affaires généré par l'activité portail (publicité, e-commerce, etc.) a progressé de 80% en un an à 69,4 millions d'euros. Lors de la publication des résultats annuels, Thomas Holtrop avait dit vouloir atteindre une part du chiffre d'affaires de 30% pour cette activité, qu'il veut continuer de développer. Le PDG martèle depuis des mois sa volonté de générer des revenus à partir du contenu. Effectivement, en début d'année, T-Online s'est enrichi de contenus payants à "valeur ajoutée" comme de la finance et des jeux.Parallèlement, le nombre d'abonnés a progressé de 580.000 en trois mois. T-Online revendiquait fin mars 11,24 millions d'utilisateurs en Europe, dont 9,2 millions en Allemagne. En France, le nombre d'abonnés de Club Internet s'élevait à 895.000 au même moment, en hausse de 15% par rapport à fin décembre. Dans l'Hexagone, le groupe compte bien prendre sa part du gâteau de l'ADSL. Il revendique actuellement la deuxième place derrière Wanadoo et veut monter en puissance après les décisions de l'Autorité de Régulation des Télécoms sur les tarifs de location que doit appliquer France Télécom aux fournisseurs d'accès (voir ci-contre).Hier, les résultats publiés pour T-Online dans le cadre de ceux de Deutsche Telekom faisaient apparaître un Ebitda de 17 millions d'euros, mais ils étaient gonflés par une autre filiale très rentable chargée de la publication des annuaires téléphoniques, DT Medien. Sur le Neuer Markt, le titre T-Online gagnait 2,31% à 10,61 euros en fin de journée jeudi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :