Descente aux enfers pour le titre Cable & Wireless

 |  | 427 mots
Lecture 2 min.
Après avoir éveillé les suspicions des investisseurs sur ses comptes il y a quelques jours (voir ci-contre), l'opérateur télécoms britannique Cable & Wireless leur a réservé ce matin la mauvaise surprise d'une forte révision à la baisse des performances de sa division Global, qui génère l'essentiel de ses revenus. La réponse ne s'est pas fait attendre: le titre a terminé la séance en baisse de 7,22% à 212 pence, sous son plus bas niveau depuis 10 ans. Les revenus de la division Global, qui regroupe les services de télécommunications aux entreprises, devraient être en 2002 inférieurs de 10% à ceux de l'an dernier. Ils devraient donc s'élever à 3,57 milliards de livres (5,8 milliards d'euros). L'activité continue de souffrir de la baisse de la demande dans le secteur. Par ailleurs, Cable and Wireless a volontairement réduit la part de son activité avec les petites entreprises, dans la mesure où elle a choisi de se concentrer sur des segments à forte marge. Par ailleurs, les marges seront inférieures aux attentes formulées par le groupe en novembre dernier. L'Ebitda, qui a dégringolé de 79% au dernier semestre par rapport à la même période de l'exercice précédent, devrait regagner du terrain, mais moins que prédit en novembre dernier. La marge d'Ebitda aurait dû remonter à 8%, elle ne sera finalement équivalente qu'à 6% du chiffre d'affaires. Et ce malgré les efforts de réduction des coûts de l'entreprise, qui assure avoir baissé ses dépenses de 13% en un semestre : en un an, les effectifs de Global sont passés de 18.600 à 11.100 personnes.Au vu de ses perspectives décevantes, le groupe prévoit de continuer à réduire ses dépenses d'investissements. Elles devraient s'élever à 1,1 milliard de livres contre 1,3 milliard initialement espéré.Le chiffre d'affaires de la division C&W Regional devrait croître de 7% sur l'ensemble de l'exercice, pour ressortir à 1,53 milliard de livres. L'activité devrait être particulièrement stimulée par l'augmentation des accès Internet. La marge brute devrait se maintenir à 42% grâce aux efforts de réduction des coûts.Enfin, C&W a précisé que le rachat d'Exodus, l'hébergeur de sites Web américain en faillite, a été bouclé le 1er février dernier. Le groupe avait annoncé l'acquisition en novembre pour un montant de 580 millions de dollars. Son intégration dans les comptes du groupe pour les deux derniers mois de l'exercice 2001/02 devrait avoir un impact de 60 millions de livres sur le chiffre d'affaires et de -25 millions de livres sur l'Ebitda.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :