Berlin, Paris et Londres signent un accord définitif sur l'A400M

 |  | 258 mots
Lecture 1 min.
Après de multiples rebondissements, dus essentiellement à la participation longtemps hypothétique de l'Allemagne (voir ci-contre), le projet d'avion militaire A400M est sur le point de déboucher. L'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, trois des quatre plus gros participants à ce programme de 18 milliards d'euros, ont en effet signé un accord définitif, selon Reuters qui s'appuie sur les propos d'un responsable britannique.La participation des Allemands a longtemps été discutée outre-Rhin. Principal motif évoqué: le coût élevé du programme. La somme nécessaire doit en effet être répartie à la fois sur les budgets 2002 et 2003. Or, l'Allemagne élira un nouveau parlement en septembre. Certains responsables allemands ont alors estimé que les députés actuels ne pouvaient se prononcer sur le budget 2003 et surtout ne pouvaient engager leurs successeurs sur une telle dépense.L'accord d'aujourd'hui élimine donc une des principales incertitudes qui pesait sur le projet. Reste uniquement à obtenir l'aval des autres partenaires européens au programme d'avion de transport militaire. D'après un porte-parole du ministère de la Défense britannique, il pourrait intervenir dans une semaine.Aux côtés de l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne qui souhaitent acquérir respectivement 73, 50 et 25 appareils, l'Espagne a prévu d'en acheter 27, la Turquie 10, la Belgique 7, le Portugal 3 et le Luxembourg 1. Ce sont donc, comme prévu, 196 avions qui devraient être livrés par Airbus. Et la participation de la totalité des membres est pratiquement nécessaire à ce programme qui ne sera rentable qu'à partir de 180 unités commandées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :