Vivendi Universal baisse après la mise en pension de titres VE

 |  | 458 mots
Lecture 2 min.
Vivendi Universal a mis en gage 12,7% du capital de sa filiale de services Vivendi Environnement en concluant le 12 juin un accord de pension livrée avec Deutsche Bank. L'opération porte sur 43,5 millions d'actions et a rapporté 1,435 milliard d'euros au groupe de Jean-Marie Messier, explique la Tribune de ce vendredi (lire ci-contre). La mise en pension, ou en gage, est une cession temporaire de titres avec promesse de rachat. Dans le cas de VU, l'échéance du rachat serait de six mois.Cette opération constitue une sorte de passage en force de VU, bien décidé à céder 15% du capital de VE, même si le cours de Bourse n'est pas favorable. Les administrateurs doivent avaliser le désengagement de 15% le 17 juin prochain. Cette mise en pension permet d'honorer les engagements du groupe à court terme "sans tirer sur des lignes de crédit supplémentaires", et semble destinée à éviter des dégradations de notes de la part des agences, estiment les analystes d'Aurel Leven."L'annonce de cette opération ne va pas dans le sens d'un retour de confiance sur le titre et met en exergue les problèmes de liquidité à court terme du groupe", explique le courtier, pour qui Vivendi Universal envoie "un signe de détresse de plus". Enfin, l'opération ne va pas dans le sens d'une réduction de la dette de VU, qui s'est engagé à racheter les titres au même cours.Cette opération fait peser un risque sur le désengagement de VE, car si VU n'a pas les moyens de racheter la part de la banque allemande, sa participation dans Vivendi Environnement tomberait à 28,4% (au lieu de 40%), sous la minorité de blocage."Si le désengagement de Vivendi Environnement n'est pas une surprise et est attendu par les investisseurs, la forme de cette opération semble indiquer que le groupe a un besoin de cash important", souligne Jacques Falzon, analyste financier chez KBC Securities interrogé par Reuters. L'analyste relève une contradiction avec le communiqué du 30 mai dernier dans lequel le groupe affirmait disposer de 3,5 milliards d'euros de lignes de crédits disponibles. Vivendi Universal a réagit à ces critiques en expliquant dans un communiqué que la mise en pension "permet un financement à un coût avantageux" de la dette à court terme. "Le produit de ce financement a servi à réduire l'encours utilisé d'autres lignes de crédit plus onéreuses", a souligné VU, ajoutant que le "montant des lignes de crédit disponibles à tout moment et non utilisées s'élève à ce jour à 3,3 milliards d'euros". A la clôture de la Bourse de Paris, le titre Vivendi Univesal perd 8,43% à 24,45 euros et ne profite pas des rachats à bon compte sur les marchés. Vivendi Environnement perdait 2,76% à 32,09 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :