La prudence des consommateurs a eu raison du rebond

 |  | 489 mots
Lecture 2 min.
Après avoir évolué en territoire positif la majeure partie de la séance, la Bourse de Paris a effacé ses gains dans le sillage de Wall Street alors que l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board a déçu les marchés en confirmant qu'il n'y a pas d'accélération de la croissance à attendre à court terme. Le CAC 40 termine dans le rouge sur un recul de 0,48% à 4.339,57 %, dans un volume d'affaires particulièrement étoffé avec plus de 3,5 milliards d'euros traités sur les valeurs de l'indice.Plus forte hausse du CAC 40, France Télécom maintient son net rebond malgré une légère érosion de sa hausse en fin de séance à 4,4%, à 21,61 euros, alors que son assemblée générale a débuté à 17h00. Sa filiale Orange progresse de 3,41% à 6,07 euros. Récemment affecté par les inquiétudes liées à son endettement, le titre de l'opérateur bénéficie de la confirmation par Bercy que le gouvernement n'envisage pas d'augmentation de capital pour le groupe en raison du niveau satisfaisant de ses liquidités. Autre élément favorable, le dossier MobilCom semble être en passe d'être résolu. Selon le Financial Times les banques créditrices de l'opérateur allemand ont donné leur accord pour le refinancement d'une ligne de crédit de 4,7 milliards d'euros arrivant à échéance en juillet. Le titre bénéficie enfin de la hausse de 44%, soit le haut des prévisions des analystes, du résultat opérationnel annuel de Vodafone, le numéro un européen de la téléphonie mobile. En revanche, Equant, autre filiale de France Télécom, a souffert en fin de séance et termine stable à 7,58 euros sur des prises de bénéfices qui ont gommé les plus de 4% de gains affichés en journée.Dure fin d'après-midi également pour Vivendi Universal (VU) qui perd 0,65% à 33,82 euros à la veille de son conseil d'administration qui doit se tenir à New York. Vodafone a d'ailleurs annoncé ce matin qu'il était toujours intéressé par Cegetel dans le cas d'une vente par le groupe de médias. L'opérateur britannique estime cependant peu probable une telle cession par VU.Mais la fin de séance aura surtout été fatale aux SSII, plombées par l'avertissement de résultat incidemment lancé par Steria à la fin de son Assemblée Générale. Le titre a été lourdement sanctionné en perdant plus de 12%, entraînant dans sa chute GFI (-7,41%), Transiciel (-3,89%), Unilog (-5,51%). CAP Gemini résiste en n'abandonnant que 0,72%.A l'inverse, fin de journée bénéfique pour Alstom qui termine en forte hausse de 2,17% à 13,18 euros. Le titre avait pourtant été pénalisé par l'annonce du lancement d'une augmentation de capital de 636 millions d'euros au prix unitaire de 9,60 euros. L'opération se fera à raison de quatre actions nouvelles pour 13 détenues. La période de souscription court du 4 au 17 juin. Charles-Etienne LebatardCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :