France Télécom vend ses 23,14% d'Eutelsat à Eurazeo

Le désengagement des opérateurs télécoms du capital d'Eutelsat se poursuit. Après Deutsche Telekom en décembre, c'est France Télécom qui vient d'annoncer la vente à Eurazeo, société d'investissement du groupe Lazard, de sa participation dans l'opérateur satellitaire européen.En fait c'est une holding ad hoc, contrôlée majoritairement par Eurazeo, qui va racheter les 23,14% jusqu'ici propriété de France Télécom. L'opérateur français recevra en échange de sa participation 447 millions d'euros. "Ce qui valorise l'intégralité des fonds propres d'Eutelsat à 1,93 milliard d'euros", précise le communiqué.La nouvelle semble avoir laissé les investisseurs insensibles. En fin d'après-midi, France Télécom reste dans le rouge à 23,50 euros (-3,41%). Il faut dire que cette cession était attendue depuis l'annonce du plan stratégique de Thierry Breton, prévoyant diverses ventes d'actifs.Néanmoins, seuls 373 à 379 millions d'euros seront consacrés au désendettement de France Télécom. Car le groupe va réinvestir une partie du produit de l'opération dans la holding de contrôle d'Eutelsat. "La holding contractera une dette bancaire d'un montant de 92 à 120 millions d'euros. Selon le montant de la dette bancaire finalement retenu, France Télécom réinvestira entre 68 et 74 millions d'euros dans le véhicule d'acquisition, pour en détenir 20%", ajoute le communiqué.Les conditions de l'opération sont donc globalement les mêmes que pour Deutsche Telekom, qui avait cédé en décembre à l'éditeur italien De Agostini ses 10,87%, pour 210 millions d'euros (voir ci-contre). Les deux opérateurs ne sont d'ailleurs pas les seuls à avoir manifesté leur intention de se défaire de leur participation. BT (17,5%) et KPN (3,5%) souhaiteraient eux-aussi céder leurs titres afin de se désendetter.Et les mouvements pressentis depuis plusieurs mois au sein de l'actionnariat d'Eutelsat ont aiguisé les appétits. Les Américains PanAmSat et Intelsat ont ainsi annoncé à l'automne leur intention de lancer une offre sur la totalité du groupe européen. Si le premier a désormais jeté l'éponge, le second a récemment indiqué que son offre, évaluée à quelques 3 milliards d'euros, tenait toujours.Mais, alors que le fait qu'Eutelsat puisse passer sous pavillon américain a créé des remous, une solution italienne a aussi été évoquée. Ainsi, à la mi-décembre, la presse transalpine parlait notamment de l'intérêt de Finmeccanica pour les 23% de France Télécom.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.