Nouvelle victoire judiciaire de Bayer dans l'affaire Baycol

 |  | 361 mots
Bonne nouvelle pour Bayer dans l'affaire Baycol. Hier, la cour fédérale de Minneapolis a refusé de retenir une plainte collective regroupant environ 1.000 plaintes de patients ayant utilisé le produit anti-cholestérol avant son retrait du marché en août 2001. Le Baycol serait lié à plus de 100 morts aux Etats-Unis.Il s'agit d'une véritable victoire juridique pour Bayer qui a axé sa stratégie sur le traitement au cas par cas des plaintes. Une stratégie payante jusqu'ici puisque le groupe de Leverkusen est parvenu à régler à l'amiable 1.342 plaintes, ce qui lui a coûté 477 millions d'euros. Un chiffre important, mais bien inférieur à ce que redoutaient encore au printemps dernier la plupart des observateurs. Le groupe allemand va pouvoir continuer sa politique de recherche de solutions individuelles moins coûteuse. Il s'agit d'une épée de Damoclès de moins et les marchés ont donc applaudi à l'annonce de cette décision. Le gérant américain Tom Shrager estime ainsi qu'à "chaque fois qu'une action groupée est rejetée par la justice, cela augmente la marge de manoeuvre de Bayer". Et de conclure: "cette nouvelle est clairement positive". Dans la foulée, HVB n'a pas hésité à relever sa recommandation de "neutre" à "surperformance". Résultat: l'action gagne en fin de séance à Francfort 6,43% à 21,03 euros.Certes, Bayer n'est pas encore entièrement tiré d'affaires. Plus de 8.800 plaintes ont été déposées aux Etats-Unis sur le Baycol. Mais pour le moment, il faut avouer que la firme de Leverkusen s'en est remarquablement tiré en choisissant la bonne stratégie et en limitant la casse financière. Du coup, les opérateurs recommencent à spéculer sur une alliance entre Bayer et un autre laboratoire dans le domaine pharmaceutique. Une telle alliance est évoquée depuis 2001, mais les candidats restaient rebutés par les plaintes concernant le Baycol. Pour Silke Stegemann, analyste chez Landesbank Rheinland Pfalz, "on peut imaginer que cette information donne une nouvelle impulsion à la recherche d'un partenaire". Bayer a d'ores et déjà commencé à travailler avec d'autres groupes dans le domaine des médicaments. Ainsi, le concurrent du Viagra, Lipitor, a été développé avec l'anglais GlaxoSmithKline.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :