Apple mise sur les ordinateurs portables

 |  | 735 mots
Pour son grand show parisien annuel, Steve Jobs, le charismatique patron d'Apple, a une nouvelle fois fait salle comble. Si la part de marché des Macintosh par rapport aux PC reste marginale (quelques pourcents du marché mondial), cela n'empêche pas les utilisateurs d'être de véritables fans, acclamant leur idole par des "you're the best". Il faut dire que le PDG grisonnant, vêtu comme à son habitude en jeans et baskets, n'a pas ménagé ses efforts pour présenter les nouveaux produits de la firme à la Pomme.Reprenant la stratégie de communication du groupe, le PDG a d'abord insisté sur la vitesse de ses machines, "les plus rapides du monde". Dans ce domaine, il a d'abord présenté son dernier ordinateur, le G5, lancé en juin dernier, dont l'un des principaux objectifs est d'enrayer la baisse des ventes aux professionnels (lire ci-contre). Une version dotée d'un processeur de 3 gigahertz contre 2 gigahertz aujourd'hui sera disponible dès "l'été 2004", tandis que le groupe mise sur une croissance "des ventes de 50% dans les 12 mois". Tradition oblige, ce grand show a été également l'occasion d'annoncer la sortie "avant la fin de l'année" de la nouvelle version de son système d'exploitation Mac OS X, "utilisé par 7 millions de personnes dans le monde". Cette version X.03 a été baptisée Panther et succède donc à la version X.02, "Jaguar". Dans la foulée, Steve Jobs a rappelé qu'Apple était le "premier fournisseur d'Unix au monde", grâce à un système d'exploitation s'appuyant sur Linux et les logiciels libres. Longuement, sous les applaudissements de ses fans, le patron d'Apple s'est attardé sur quelques-unes des "150 nouvelles fonctionnalités de Panther". Il a notamment présenté "Exposé", qui permet, assure-t-il, de facilement jongler entre les fenêtres des différentes applications et "Preview", le nouveau logiciel de lecture des documents PDF, là aussi "la plus rapide au monde". Les outils de communication et graphiques, qui font le succès des ordinateurs d'Apple auprès des fans, n'ont pas été oubliés. Steve Jobs a entre autre fait la démonstration d'iChat", le logiciel de messagerie instantané, qui permet de communiquer par texte, par la voix, ou en vidéo. Malheureusement, iChat n'est pas utilisable sur PC. Point d'orgue de l'exposé : la présentation de trois nouvelles versions de la gamme d'ordinateurs portables PowerBook, qui comporte des modèles avec écrans 12, 15 et 17 pouces. Les prix ont été fixés à respectivement 1.599, 1.999 et 2.999 dollars. Les nouvelles machines disposent d'un processeur de 1,33 gigahertz, de 2 gigabytes de mémoires DDR et de deux ports USB. Des modèles dotés d'un graveur de CD sont également disponibles. Sur les versions 12 et 15 pouces, l'utilisateur peut brancher un écran plat supplémentaire. Il faut dire qu'Apple mise gros sur le segment des portables. "C'est l'année du portable. Au dernier trimestre, 42% des machines vendues étaient des ordinateurs portables, contre 24 ou 25% pour le reste de l'industrie", a d'ailleurs rappelé Steve Jobs pour justifier ces nouveaux lancements. Selon lui, le portable égalera bientôt l'ordinateur fixe. En accompagnement de cette nouvelle gamme, Apple proposera d'ici deux semaines une nouvelle souris et un nouveau clavier, deux périphériques équipés de Bluetooth et fonctionnant sans fil.Autre sujet attendu: la stratégie du groupe dans la musique. Mais elle n'a été que brièvement évoquée, même si c'est une grande photo de l'iPod, son baladeur MP3, qui a donné le coup d'envoi de la conférence de presse. "Nous en avons vendu 1 million", s'est réjoui Steve Jobs qui ne s'est pourtant pas étendu sur le sujet. Tout juste s'est-il contenté d'annoncer la très attendue version Windows d'iTunes, son logiciel de téléchargement de MP3, avant la fin de l'année 2003. iTunes, lancé en avril et pour l'instant uniquement disponible aux Etats-Unis, devrait être accessible en Europe "pour l'année prochaine". Car pour le moment, Apple doit encore résoudre "de nombreux problèmes de droits d'exploitation avec les majors du disque", a précisé le patron en marge de la conférence.Concernant le litige en cours avec la société Apple Corps, fondée par les Beatles en 1968 pour protéger leurs intérêts commerciaux, Steve Jobs a tout juste indiqué qu'il espérait trouver un accord. Apple Corps a attaqué Apple en justice en juillet dernier pour violation du droit des marques, après le lancement d'iTunes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :