Sprint ferme son activité d'hébergement

 |  | 411 mots
Lecture 2 min.
Dans une conjoncture difficile, pas question de perdre du temps avec des activités peu rentables. L'opérateur américain Sprint a annoncé mardi soir après la clôture des marchés américains la fermeture de son activité d'hébergement de sites Web. Une opération qui lui coûtera entre 400 et 475 millions de dollars en tout. Sur cette somme, Sprint FON (qui chapeaute les activités de téléphonie fixe, Internet et de données, tandis que Sprint PCS préside aux communications mobiles) passera 300 millions de dollars de charges exceptionnelles dans les comptes du second trimestre, une somme reflétant la dépréciation de cet actif. Le reste de la somme, qui sera inscrit dans les comptes au fur et à mesure, doit couvrir les frais relatifs aux licenciements des 500 personnes employées par la branche, la fermeture des locaux, et le transfert des clients à d'autres opérateurs. L'annonce ne manquera pas d'amputer les résultats de l'opérateur télécoms. Le groupe avait déjà revu à la baisse en avril dernier ses prévisions de résultats pour le second trimestre, en raison d'un recul de ses ventes. Les dernières estimations faisaient état d'un bénéfice de Sprint FON compris entre 1,30 et 1,35 dollar par action, sous la fourchette dévoilée en décembre, qui allait de 1,35 à 1,37 dollar. Dans son communiqué, Sprint FON ne cache d'ailleurs pas que l'opération aura un coût de 20 cents par action rien que pour le deuxième trimestre. Il faut dire que l'activité d'hébergement de sites Web, qui souffre d'une concurrence féroce sur un marché atone, ne pèse guère dans le groupe. Sur les douze derniers mois, elle a généré un chiffre d'affaires de 60 millions de dollars et un bénéfice de 10 cents par action. En 2002, Sprint FON dans son ensemble a réalisé pour plus de 15 milliards de dollars de ventes.Autre charge à passer: 36 millions de dollars, liés au départ de trois dirigeants. Sprint FON a récemment licencié son PDG William Esrey, son directeur financier Ronald Lemay et son chef juriste Richard Levin, en raison de leurs abus des mécanismes d'évasion fiscale. Cette mesure pèsera sur les résultats du second trimestre de Sprint FON et de Sprint PCS à raison de 1 cent par action. La prévision de perte de PCS pour la période est actuellement établie à 11 cents par action.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :