Frémissement de la publicité en ligne aux Etats-Unis

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
Ce n'est pas encore à proprement parler une reprise, tout juste un frémissement encourageant que l'on peut percevoir dans la publicité en ligne aux Etats-Unis, selon la dernière étude publiée par l'IAB (Internet Advertising Bureau). Selon des chiffres révisés, le secteur, tous formats publicitaires confondus, a généré un chiffre d'affaires de 1,6 milliard de dollars au quatrième trimestre 2002, au dessus de la dernière estimation publiée en avril (1,5 milliard) et en hausse de 9% par rapport au trimestre précédent. Cette progression séquentielle marque ainsi une inflexion du marché, engagé dans une baisse continue depuis son pic de 2000. "Nous trouvons que les revenus du marché du second semestre sont très encourageants [...]. Nous pensons que l'industrie est en position pour expérimenter une hausse progressive et soutenue ces trois prochaines années", a assuré Greg Stuart, le PDG de l'IAB, dans un communiqué. Le quatrième trimestre 2002 reste toutefois en recul de 3,7% sur un an et de 26% par rapport à 2000. Sur l'année 2002, la publicité en ligne a réalisé un chiffre d'affaires de 6,01 milliards de dollars, soit une baisse de 16% par rapport à 2001.En tout cas, plusieurs facteurs favoriseraient une reprise du marché, avec en premier lieu l'augmentation du nombre de connexions à l'Internet haut-débit. Autre élément favorable: les grands groupes utilisent de mieux en mieux et de plus en plus ce nouveau média pour tisser des liens avec leurs clients. Enfin, l'apparition de nouveaux formats de publicité attire toujours plus d'annonceurs.De fait, la répartition des revenus publicitaires par format a sensiblement évolué l'année dernière. La part des bannières, toujours prédominante à 29% en 2002, a reculé de 5 points en un an au profit de l'achat de mots clefs, technique qui a réalisé sa véritable percée l'an passé. Son taux est passé de 4 à 15% en un an, avec une progression de trimestre en trimestre. Sur la période octobre-décembre, elle représentait 21% du marché publicitaire. Les annonces classées ont reculé de 1 point à 16%. A noter la chute du sponsoring, passé de 26 à 18% en 2002. Au niveau des annonceurs, la répartition par activité reste la même. Les annonceurs s'adressant au grand public sont les plus importants. Derrière se positionnent les acteurs du monde de l'informatique, juste devant les services financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :