Computer Sciences s'intéresserait à SchlumbergerSema

 |  | 382 mots
SchlumbergerSema, le pôle de technologies de l'information de Schlumberger, pourrait changer de main. Le groupe américain de services informatiques, Computer Sciences, négocierait le rachat de plusieurs des actifs informatiques du groupe pétrolier, selon une information publiée par le Financial Times. Le quotidien anglo-saxon ne précise pas exactement quelles sont les départements précis qui intéressent Computer Sciences. Le prix de la transaction ne serait pas encore établi mais l'Américain aurait déjà ouvert des procédures de due diligence (audit mené dans le cadre d'opérations de fusion-acquisition) sur plusieurs unités de SchlumbergerSema.Ce sont en particulier les contrats publics de SchlumbergerSema qui intéresseraient Computer Sciences, déjà bien implanté au Royaume Uni. La filiale du pétrolier travaille en effet pour la police métropolitaine de Londres, pour les services de santé anglais (National Health Services) ainsi que pour plusieurs services publics français. SchlumbergerSema a réalisé un chiffre d'affaires de 2,99 milliards de dollars en 2002 et un bénéfice de 34,3 millions. De son côté, Computer Sciences a généré 11,3 milliards de dollars de ventes pour un un résultat de 440,2 millions de dollars.Schlumberger a racheté le consultant informatique Sema en avril 2001, une opération d'une valeur de 4,6 milliards d'euros. Mais le pétrolier a raté son intégration au sein du groupe et le nouveau pôle ainsi créé n'a connu que des déboires. Au point qu'en décembre dernier, Schlumberger a annoncé la réorganisation de la division SclumbergerSema pour la concentrer sur le marché pétrolier et sur celui du gaz. Les autres unités devaient être gérées de manière indépendante les unes des autres, afin de les vendre ou de réaliser des opérations de spin off. Ce revirement stratégique n'a convaincu qu'à demi les analystes, ces derniers doutant du lien réel entre expertise pétrolière et nouvelles technologies de l'information. Les observateurs n'ont également eu de cesse de critiquer le prix d'achat de Sema. Schlumberger a en effet passé 2,9 milliards de dollars de charges l'an passé sur l'acquisition. Le groupe qui publie ses résultats mercredi doit notamment ramener son endettement à 4 milliards de dollars en fin d'année contre 5 milliards en mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :