Eastman Kodak rachète PracticeWorks

 |  | 374 mots
Eastman Kodak a annoncé une opération de croissance externe conséquente. Le fabricant de pellicule s'apprète à racheter PracticeWorks, afin de se renforcer sur le segment de la radiographie. Kodak veut régler les 500 millions de dollars d'acquisition en numéraire. Il propose 21,50 dollars pour chaque action ordinaire PracticeWorks et 7,33 dollars par action préférentielle. Le groupe reprendra aussi 34 millions de dollars de dettes et de frais de transaction. En reprenant cette société américaine, Eastman Kodak devient par la même occasion propriétaire à 100% de Trophy Radiologie SA, un fabricant français de matériel radiologique dentaire numérique, racheté par PracticeWorks en décembre 2002.Grâce à PracticeWorks, Kodak gonflera ses ventes de 215 millions de dollars la première année complète après intégration de la société. L'acquisition pèsera sur les comptes jusqu'à 2005 avant de contribuer aux bénéfices.Kodak, qui souffre de la concurrence du numérique dans son métier d'origine, tente ainsi se renforcer dans des industries en croissance. Le groupe fabrique déjà des pellicules pour les clichés pris par les dentistes. PracticeWorks, selon le communiqué publié par Kodak, est à la fois spécialisé dans les logiciels à destination des dentistes et dans la radiographie numérique. "Nous serons capables d'offrir un large spectre de produits et de services aux dentistes, allant de la traditionnelle pellicule radiographique et à la radio numérique", explique le communiqué. Kodak a réalisé sa plus grosse opération dans l'imagerie médicale en 1998 en rachetant Imation. Il a ensuite créé une joint-venture avec le groupe informatique Hewlet-Packard afin de développer de l'équipement de finition de photo. Puis, il a mis la main sur Lumisys, qui produit les systèmes d'imagerie numérique pour l'indsutrie médicale. Ces opérations de diversification lui ont permis de résister un peu mieux au recul du film photographique grand public, un segment laminé par le développement du numérique et par le ralentissement économique. Toutefois, Kodak, qui a passé les deux dernières années à se restructurer, n'a pu éviter de lancer un "profit warning" sur ses résultats trimestriels le mois dernier, en raison du SRAS. A mi-séance, l'action perdait à New-York 2,62% à 25,61 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :