Pechiney accepte l'offre d'Alcan

 |  | 436 mots
Lecture 2 min.
L'OPA menée par le numéro deux mondial de l'aluminium, le canadien Alcan, sur son concurrent français Pechiney a connu son épilogue vendredi après-midi. Depuis le matin, le titre du groupe industriel français était suspendu à la Bourse de Paris "dans l'attente d'un communiqué", selon Euronext. La nouvelle est tombée juste avant 16h00, heure à laquelle le titre a repris sa cotation. Pechiney a annoncé avoir accepté l'offre de reprise du groupe canadien au prix de 48,50 euros payable en actions et en cash. "La nouvelle offre est d'un montant maximum de 48,5 euros en cash et actions, comportant un montant de 47,5 euros par action auquel s'ajoute 1 euro supplémentaire pour chaque action si la souscription atteint au moins 95%", indique le communiqué de Pechiney. Le paiement comprendra 24,60 euros en cash et 22,90 euros en titres. Alcan déposera la nouvelle offre d'ici mardi devant les autorités boursières et de la concurrence. "Le conseil d'administration [de Pechiney] constate avec satisfaction que ce rapprochement permettra aux salariés de Pechiney de participer à la création d'un leader mondial de l'aluminium et de l'emballage. En conséquence, le conseil a décidé de recommander aux actionnaires de Pechiney d'accepter cette nouvelle offre, qu'il considère comme étant dans le meilleur intérêt des actionnaires de la société, de ses salariés et de ses clients", a indiqué le groupe dans un communiqué. Depuis l'annonce de l'OPA d'Alcan sur Pechiney le 7 juillet dernier, les discussions achoppaient sur le prix de l'offre. En renégociant une dernière fois, Pechiney n'aura pas réussi à obtenir une prime substantielle par rapport à la dernière proposition d'Alcan. En effet, Pechiney avait rejeté un prix de rachat compris entre 47 et 48 euros par titre Pechiney. Devant ce refus, Alcan avait annoncé que cette dernière proposition devenait caduque et qu'il revenait à son offre initiale de 41 euros par action. Du côté de Pechiney, on jugeait la première offre "ridiculement basse" et le second prix proposé par Alcan "insuffisant". Selon certaines sources, le groupe français exigeait une proposition minimum de 50 euros par action pour accepter cette offre. Vendredi matin, le titre avait été suspendu au cours de 45,01 euros.S'il s'avère qu'Alcan a surmonté l'obstacle des dirigeants de Pechiney, il lui reste encore une étape à franchir avant de pouvoir mettre la main sur le Français. Pour être validé, le dossier doit en effet passer devant la Commission européenne avant la fin du mois. En tout cas, Alcan a déjà reçu l'accord du gouvernement français vendredi dernier (lire ci-contre).En clôture, le titre gagne 0,84% à 46,65 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :