Vivendi simplifie les structures de Cegetel

 |  | 467 mots
Lecture 2 min.
Les relations sont au beau fixe entre Vivendi et Vodafone. Pour preuve, les deux groupes ont annoncé la réorganisation capitalistique de l'opérateur de téléphonie Cegetel, confirmant les dernières rumeurs de presse. A la clef: la fusion des différentes structures actionnariales, que Jean-Marie Messier, redoutant les OPA hostiles, avait voulu complexes en son temps. Résultat, au quatrième trimestre la nouvelle entité Cegetel et SFR sera détenue en direct à 55,8% par Vivendi et à 43,9% par Vodafone. Elle sera enfin rebaptisée du nom de son activité la plus génératrice de profit, SFR. Car pour l'instant, les relations entre les sociétés sont plus que complexes. Vivendi détient 35% de Cegetel en direct et Vodafone 15%. Le solde de l'opérateur télécoms appartient au véhicule financier Airtel, propriété à 70% de VU et à 30% de Vodafone. La filiale de téléphonie mobile SFR est elle-même une filiale de Cegetel à 80%, tandis que Vodafone possède les 20% restants. Les deux sociétés ont également trouvé un accord sur le versement des dividendes trimestriels du nouvel SFR à partir de 2004. Une décision qui leur permettra d'accéder plus rapidement à la trésorerie générée par l'opérateur, dans une limite de 250 millions d'euros et en fonction de leurs participations respectives. Vivendi a enfin confirmé la fusion des activités fixes de Cegetel avec Telecom Développement, une annonce faite en juillet dernier. Cet ensemble de téléphonie fixe, qui veut ainsi être un concurrent crédible face à LDCom mais surtout à France Télécom, va être rebaptisé Cegetel. Il sera filiale à 65% de l'actuel Cegetel, c'est à dire du futur SFR, le reste demeurant dans les mains de la SNCF.Si ces modifications capitalistiques semblent n'être que de nature juridique, elles pourraient changer complètement la donne. Car cette simplification met plus en valeur l'activité de téléphonie mobile, la branche fixe étant rétrogradée au second rang, et permet une meilleure évaluation de l'activité. Ainsi, les spéculations d'une OPA de Vodafone sur SFR pourraient être relancées, l'opérateur britannique n'ayant jamais caché son intention d'en prendre le contrôle.Cela dit, le temps où le Français et le Britannique se disputaient le contrôle de l'opérateur est pour l'instant révolu et les deux sociétés se comportent en partenaires exemplaires. Jean-René Fourtou n'a-t-il pas annoncé ces derniers jours vouloir céder des filiales étrangères afin de ne pas être en concurrence avec Vodafone? Ces dernières semaines, il a insisté à plusieurs reprises sur le fait que SFR faisait partie de la "famille Vodafone". Dans cette optique, Vivendi a confirmé le lancement prochain de Live!, le service multimédia qui fait le succès de Vodafone au Royaume Uni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :