Vivendi veut reporter sa montée dans Maroc Telecom

 |  | 342 mots
Lecture 2 min.
Que se passe-t-il chez Vivendi? Le groupe de médias souhaiterait reporter sa prise de contrôle de l'opérateur télécoms Maroc Telecom. L'information provient d'une source gouvernementale marocaine citée par Reuters. Au lieu de 2003, le PDG de Vivendi Jean-René Fourtou désirerait effectuer le rachat prévu des 16% du capital en 2004. La raison de cette demande n'est pas connue. "Nous examinons la demande de Vivendi", s'est contentée d'indiquer la source à l'agence de presse.Vivendi est supposé reprendre 16% supplémentaires du capital marocain, dont il possède déjà 35% afin d'atteindre la majorité des parts. Cette opération a été annoncée en début d'année après que Jean-René Fourtou se soit mis d'accord avec le gouvernement marocain. La cession doit intervenir dans le cadre du programme de privatisation du Maroc. Officiellement, on ne sait pas encore dans quel sens ira la décision du gouvernement. Mais selon l'hebdomadaire économique marocain La Vie Economique, la demande du groupe a d'ores et déjà été acceptée par les autorités du pays. En effet, celui-ci a réussi la semaine dernière la vente de 80% du monopole de tabac RTM à Altadis, pour 14 milliards de dirhams (1,2 milliard d'euros), un montant supérieur aux recettes de privatisations prévues cette année. Ainsi, le report de la décision permettrait au gouvernement de "prendre son temps pour étudier la question à tête reposée", affirme le journal. Vivendi avait remporté l'appel d'offre sur Maroc Telecom en décembre 2000, s'acquittant alors de 2,2 milliards d'euros pour 35% du capital. Depuis l'arrivée de Jean-René Fourtou à la tête du groupe, les rumeurs allaient bon train sur un éventuel désengagement de cet actif. Mais le nouveau patron en a décidé autrement, en annonçant son intention en mars de faire des télécoms le nouveau coeur de métier du groupe. Il faut dire que Maroc Telecom a généré en 2002 un bénéfice de 468 millions d'euros.A Paris, le titre Vivendi gagne 0,8%, à 16,40 euros, à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :