La COB intervient dans l'affaire Eurotunnel

 |  | 411 mots
Lecture 2 min.
La COB entre dans la danse dans l'affaire Eurotunnel. Le gendarme de la Bourse a demandé aujourd'hui "à toutes les personnes ayant diffusé ou diffusant une information sur la société Eurotunnel de préciser dans les meilleurs délais leurs intentions, leurs capacités à les concrétiser, les variations récentes de leurs participations dans le capital ainsi que l'existence d'une éventuelle action de concert avec autrui". La COB indique avoir été saisie par des investisseurs s'interrogeant "sur d'éventuelles manipulations de cours" et s'étonne notamment de la hausse récente du volume des transactions. Mais la COB s'adresse aussi à la société Eurotunnel en lui demandant de communiquer au marché "des informations actualisées sur sa stratégie et sa situation financière". Elle exige également de connaître la position de la société sur les récents mouvements sur le titre. Aussitôt, Eurotunnel a précisé qu'elle répondrait à la Commission le 21 octobre à l'occasion de la publication de son chiffre d'affaires trimestriel. De nombreuses rumeurs circulent autour d'Eurotunnel depuis quelques semaines. Le 22 septembre dernier (lire ci-contre), La Tribune révélait qu'un trio mené par Nicolas Miguet, ancien candidat anti-fiscal - et éphémère - à la présidence de la République et éditeur de publications boursières, détenait 15% des droits de vote et avait l'intention de convoquer une assemblée générale extraordinaire. Eurotunnel a démenti hier soir qu'une telle AG était convoquée. Mais en attendant, la spéculation est allé bon train: le titre a gagné près de 20% en un mois dans des volumes très importants. En guise de réponse à la COB, Nicolas Miguet a affirmé aujourd'hui à l'AFP qu'il possède désormais 12.000 pouvoirs (contre un peu moins de 10.000 le 22 septembre) et que, dès demain vendredi, il va sommer "par huissier" Eurotunnel de convoquer une AG extraordinaire.Le trio d'investisseurs mené par Nicolas Miguet voudrait retirer la société de gestion du tunnel sous la Manche des mains des banques qui, depuis la grave crise qu'a traversé le groupe à la fin des années 1990, ont de facto la réalité du pouvoir. Mais la demande de la COB est également assortie d'un avertissement rappelant que "les atteintes à la transparence et au fonctionnement des marchés sont susceptibles de constituer des manquements aux réglements de la COB, voire des délits pénaux".Jeudi en fin d'après-midi, l'action Eurotunnel se replie, cédant 2,2% à 0,89 euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :