Corus en bonne voie dans ses discussions avec les banques

 |  | 342 mots
Corus pourrait assurer sa survie. Le troisième fabricant d'acier européen a annoncé mercredi matin que les discussions avec un pool bancaire étaient "en bonne voie". D'après le communiqué du groupe, un accord aurait été trouvé avec les banques sur les "points principaux". Un communiqué plus détaillé sera publié "à un moment approprié". Selon un porte-parole du groupe, un accord définitif devrait être possible durant l'été. Ces discussions visent à assurer au groupe un nouveau crédit afin de financer l'échéance d'un prêt de 1,4 milliard d'euros venant à terme en janvier 2004. Un accord avec les banques est essentiel pour le groupe anglo-néerlandais, car il ne dispose pas des moyens de ce remboursement. Le groupe a cumulé près de 3 milliards de pertes depuis 1999. En avril dernier, il a connu une des plus graves crises de son histoire. Après des résultats trimestriels désastreux, le président Tony Pedder a dû prendre la porte, alors que le groupe voyait S&P dégrader sa note long terme de BB à BB- avec une perspective négative. Le nouveau patron du groupe, Philippe Varin, un ancien de Pechiney, s'acharne depuis lors à prouver que sa survie est possible. Aux Pays-Bas, en effet, plusieurs observateurs estimaient que la fusion entre les hauts-fourneaux néerlandais et British Steel voici quatre ans était à l'origine de l'échec et que la branche hollandaise était rentable, seule. La direction aura donc dû faire preuve de conviction ce matin devant le comité d'entreprise de Corus Netherlands NV, la branche néerlandaise du groupe. Les salariés devaient en effet être informés sur les conditions du placement d'une partie des parts de Corus Netherlands comme garantie pour l'obtention du nouveau crédit. Mais les Britanniques ne s'en sortiront pas non plus indemnes. 1.150 emplois devraient être supprimés outre-Manche cette année et 2.250 pourraient suivre. Le tout visant évidemment à rassurer les banques. En attendant, les marchés ont salué cette annonce et le titre a pris mercredi jusqu'à 11%. En clôture, il gagnait 10,06% à 19,26 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :