Rebond de 0,79% pour le CAC, mais loin des plus hauts

 |  | 772 mots
Lecture 4 min.
Les marchés européens terminent en hausse cette séance de jeudi, mais loin des plus hauts du jour. A Paris, le CAC 40 finit en hausse de 0,79% à 3.306,42 points. Mais on a gagné 1,5% au plus haut du jour, en touchant le barre des 3.330 points. Après une ouverture en hausse de 0,44%, les marchés ont augmenté leurs gains durant la matinée, avant de saluer de bons chiffres économiques aux Etats-Unis. A 14h30, on apprenait que les inscriptions hebdomadaires au chômage avaient reculé de 17.000, à 386.000, à comparer à 403.000 (révisé de 398.000 la semaine précédente). L'indice des indicateurs avancés de l'économie américaine a pour sa part augmenté de 0,4% à 112,5 en juillet, après une augmentation de 0,3% (révisée de 0,1%) en juin. Une évolution conforme aux attentes. Mais, en fin de séance, et dans le sillage des places américaines, les marchés européens ont réduit leur avance, sous le coup de prises de bénéfices. Ce matin, les nouvelles avaient été mauvaises en Europe. Le produit intérieur brut de l'Allemagne a bien régressé de 0,1% au deuxième trimestre 2003. Le chiffre est confirmé. Il avait baissé de 0,2% au premier trimestre. Au cours des douze derniers mois, l'économie allemande s'est contractée de 0,6%. Hier, l'Insee annonçait que le PIB de la France avait reculé de 0,3% au deuxième trimestre. Le grand perdant dans l'affaire, c'est l'euro, passé dans la matinée sous le seuil de 1,10 dollar. La devise européenne vaut actuellement 1,0995 dollar, contre 1,1118 hier soir à New York. On attend encore, côté statistiques, la publication, dans quelques minutes, de l'indice de la Fed de Philadelphie. Du côté des valeurs, Peugeot est incontestablement la star du jour : +5,93% à 41,60 euros. UBS Warburg est à l'achat sur le constructeur automobile avec un objectif de 48 euros, contre 37 auparavant. La banque reste neutre sur Renault avec un objectif à 47 euros. Le titre a progressé de 2,66% à 54,05 euros.Air France monte de encore de 0,21% à 14,56 euros. Pourtant, la réunion entre la direction et les syndicats de KLM, très attendue, n'a débouché sur aucune décision, que ce soit à propos d'un rapprochement ou d'une simple alliance commerciale. Les discussions se poursuivent néanmoins, avec Air France, mais aussi avec British Airways.Les valeurs dollars profitent logiquement de la remontée du billet vert. Sodexho Alliance grimpe de 3,29% à 26,70 euros. La Deutsche Bank intègre le titre du groupe de restauration collective dans sa liste de valeurs européennes de référence. Rexel monte de 7,12% à 32,94 euros. L'Oréal avance de 3,16% à 61,95 euros. EADS monte de 0,97% à 14,51 euros. Compte tenu de la récente progression du titre, SG Securities a retiré l'action du groupe d'aéronautique de sa liste de valeurs européennes préférées. Le contrat avec l'Autriche pour l'Eurofighter a pour sa part été confirmé, alors que Frontier Airlines a passé commande dans l'après-midi 14 appareils A319. Avec la hausse d'Alcan, Pechiney a continué de s'apprécier. Le titre termine en hausse de 0,98% à 46,15 euros.Les valeurs de semiconducteurs ont elles aussi été entourées. Lehman Brothers a relevé sa recommandation sur le secteur européen de "neutre" à "surpondérer". La banque américaine fixe un objectif de 30 euros pour STMicroelectronics. La valeur monte de 3,35% à 20,65 euros. Sur le SRD, Soitec prend 1,93% à 5,27 euros. Au Nouveau marché, Riber bondit de 26,39% à 0,91 euro et Recif monte de 25% à 4,75 euros.Seuls résultats de taille, ceux de GrandVision. Ils sont relativement bons, avec une marge d'exploitation de 9,5% et un bénéfice net de 14,35 millions, en hausse de 8%. Le groupe fait actuellement l'objet d'une offre publique d'achat de PAI Partners à 21 euros par action. Mais certains parient sur une contre-offre. L'action évolue toujours au-dessus du prix de l'offre, à 21,80 euros ce matin (-0,46%).Pernod Ricard gagne 0,39% à 78 euros. Mais l'action a progressé de plus de 2% durant la majeure partie de la séance, la rumeur d'une OPA de l'américain Brown-Forman, le producteur de Jack Daniel's, sur le britannique Allied Domecq ayant agité les salles de marché de la City. Enfin, comme attendu, Pierre & Vacances a racheté la participation de 50% détenue par son partenaire Deutsche Bank Capital Partners dans Center Parcs. Le montant de la transaction s'élève à 270 millions d'euros. Pas d'effet sur l'endettement, assure le groupe de résidences de tourisme mais l'opération doit améliorer le résultat par action. Comme à son habitude, et pour financer l'opération, Pierre & Vacances va céder la propriété des murs de certains villages pour ne conserver que l'exploitation commerciale. Center Parcs avait été acquis en mars 2001 auprès de Scottish & Newcastle pour 672,5 millions d'euros. L'action Pierre & Vacances bondit de 6,60% à 61,40 euros. Denis Lantoine Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :