La Bourse de Tokyo chute sous les 8.000 points

 |   |  429  mots
Nouveau signe de la nervosité grandissante sur les marchés financiers, à l'approche de la guerre en Irak: la Bourse de Tokyo a enfoncé ce matin la barre des 8.000 points, perdant 2,24% pour clôturer à son plus bas niveau depuis vingt ans, à 7.862,43. Il faut remonter au 25 janvier 1983 pour retrouver un niveau inférieur (7.803,18 points). Sans surprise, c'est l'inquiétude suscitée par l'évolution du dossier irakien qui est à l'origine de cette nouvelle dégringolade. Mais il est vrai que les investisseurs japonais ne manquent pas de raisons de s'affoler. Comme si la perspective d'une guerre au Moyen-Orient ne suffisait pas, ils sont aussi en première ligne pour assister à la dégradation de la situation en Corée du Nord. Et à domicile, l'économie japonaise n'a pas de quoi les réconforter. L'activité est toujours déprimée et la situation des banques inquiète plus que jamais. Ces dernières, plombées par leurs portefeuilles de mauvais risques, voient leurs bilans également affaiblis par la chute des valeurs boursières. Du coup, elles allègent leurs lignes d'actions, contribuant encore un peu plus à la baisse du marché... La situation semble tellement dégradée, en fait, que le gouvernement japonais a indiqué ce mardi qu'il envisage de prendre "sans retard" des mesures pour enrayer la chute de la Bourse. "En fonction des évolutions de la Bourse, il se peut que nous devions, sans attendre, adopter des contre-mesures", a ainsi déclaré Yasuo Fukuda, secrétaire général et porte-parole du gouvernement. Parmi les mesures envisagées pourrait figurer un aménagement des modalités de prise en compte des participations boursières dans le calcul des fonds propres des banques. Depuis la fin novembre, la Banque du Japon a commencé à racheter aux banques une partie de leurs portefeuilles d'actions pour stabiliser le système financier, une mesure qui soutient indirectement la Bourse. Il est prévu que la banque centrale consacre 2.000 milliards de yens à cette tâche sur un ou deux ans mais certains hommes politiques demandent que ce montant soit augmenté. Au delà des considérations purement japonaises, la nervosité des marchés demeure générale. Lundi soir, la Bourse américaine a terminé en baisse sensible, après le repli enregistré dans la journée par les places européennes. Le Dow Jones a perdu 171,85 points à 7.568,18 points (-2,22%) et le Nasdaq a cédé 26,92 points à 1.278,37 points (-2,06%). Le dollar, lui aussi, continue à être affecté par l'imminence d'une guerre en Irak: il s'établissait hier soir à New York à 1,1057 dollar pour un euro, contre 1,1008 dollar vendredi soir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :