Le moral des patrons français se stabilise

Moins enthousiastes que les homologues allemands, les industriels français font néanmoins preuve d'une confiance retrouvée. En janvier, l'indicateur synthétique mesurant leur moral a progressé d'un point à 102, restant ainsi proche de sa moyenne de longue période, synonyme de "reprise de l'activité" selon Nicolas Claquin, économiste chez HSBC CCF. Même légère, cette hausse, la septième consécutive, doit beaucoup à la progression des perspectives générales de production (+6 points), ce qui selon l'Insee "reflète l'amélioration du climat ambiant". La vigueur de l'économie américaine, la meilleure santé de l'Allemagne, le rebond des places financières et les politiques monétaires toujours accommodantes aux Etats-Unis comme en Allemagne sont autant d'éléments positifs aux yeux des patrons français. Ceci étant, certains esprits, que d'aucuns ne manqueront pas de qualifier de chagrins, ne peuvent s'empêcher de relever quelques points inquiétants dans l'enquête diffusée ce matin par l'Insee. D'une part, les perspectives personnelles de production sont en retrait pour le troisième mois consécutif, ce qui n'est guère encourageant pour l'emploi et plus largement pour la perspective d'une reprise vigoureuse et pérenne. D'autre part, les carnets de commandes étrangers se replient nettement, revenant à leur niveau de novembre. On pourrait voir dans cette mauvaise orientation les premiers effets de l'appréciation de l'euro, la monnaie européenne ayant progressé de 20% en 2003 face au dollar. Pour Nicolas Claquin, "l'économie française reste fragile comparée à celle de ses partenaires internationaux".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.