L'Argentine fait une "ultime" proposition à ses créanciers

 |  | 225 mots
A prendre ou à laisser. En présentant à la presse la nouvelle proposition de l'Argentine pour la restructuration de sa dette privée, le ministre de l'Economie Roberto Lavagna s'est montré très clair: "c'est notre dernière proposition, c'est la seule qui se fera sous le mandat du président Kirchner". Cette offre, même si elle demeure très rude pour les créanciers de l'Argentine, n'en est pas moins substantiellement améliorée par rapport à la proposition initiale formulée à Dubaï en septembre dernier.Si avec cette nouvelle offre l'Argentine continue d'exiger des porteurs de titres un abandon de créances portant sur 75% du principal de la dette, elle accepte désormais de payer les intérêts échus, pour un montant pouvant atteindre 22,9 milliards de dollars. Reste que sur un investissement total d'une valeur nominale de 81,2 milliards de dollars, les créanciers privés devront donc renoncer à 60,9 milliards de dollars.Et malgré l'amélioration annoncée, aucun investisseur ne peut espérer commencer à récupérer rapidement son argent. Les nouvelles obligations qui seront proposées à l'échange porteront une maturité de 30 à 42 ans et les épargnants devront attendre au minimum 20 ans avant de toucher le moindre peso. Après cette opération, la dette de l'Argentine, y compris celle qui continue à être honorée, représentera 85% de son PIB, contre 134% à la fin 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :