Première cotation à succès pour Iliad

Le succès attendu est au rendez-vous. Pour sa première cotation en Bourse ce vendredi, l'action Iliad s'est envolée de 30,37% (à 21,25 euros) par rapport à son cours d'introduction fixé jeudi soir à 16,30 euros. Plus de 4,5 millions de titres ont changé de mains au cours de la séance. Un début de parcours prévisible au vu de l'évolution de l'action ces derniers jours sur le marché gris et du taux de souscription affiché par l'opération. L'offre a en effet été couverte plus de 25 fois (voir ci-contre).Après des années de disette sur le marché des introductions, le test est donc parfaitement réussi. Le prix a bien été fixé en haut de fourchette et le taux de souscription a allègrement dépassé les sept fois, deux minima qui, aux yeux d'un spécialiste interrogé cette semaine par latribune.fr (voir ci-contre), devaient être atteints pour que l'on parle vraiment de réussite.Mais finalement peu d'opérateurs se montraient inquiets avant le dénouement. D'abord "le prix a été perçu comme intéressant" indiquait récemment un banquier. Ensuite, Iliad (maison-mère de Free) a fait l'objet d'une couverture presse et d'une publicité importante pour une taille somme toute modeste - 104,3 millions d'euros ont été placés. Enfin, le calendrier a été favorable. Les fournisseurs d'accès à Internet ont traversé la crise et profite désormais de la poussée du haut-débit. En témoigne, Wanadoo et T-Online dont les cours ont respectivement gagné 45 et 90% l'an passé.Il y a néanmoins un revers à la médaille. Face à l'importance de la demande, les souscripteurs n'auront pas été servis à la hauteur de leurs espérances. Les ordres émis par des personnes physiques ont été servis à hauteur de 7,1% et les institutionnels à un taux deux fois moins élevés. Les particuliers ayant demandé moins de 100 titres s'en sortent un peu mieux avec un taux de service à 25,4%.C'est d'ailleurs là que se situe le principal risque. Cette souscription spectaculaire, alliée à la taille limitée de l'opération, pourrait créer un "effet rareté" débouchant sur une envolée excessive du cours de Bourse. D'autant que certains accordent à Iliad un attrait speculatif, Free pouvant intéresser à terme Deutsche Telekom, dont la filiale Club Internet ne parvient pas à percer dans le haut débit.Mais pour l'heure, les spécialistes du marché primaire ne vont certainement pas bouder leur plaisir. Car l'appétit dont ont fait montre les investisseurs donne à penser qu'il pourrait y avoir de la place pour d'autres opérations dans les mois à venir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.