Heineken, nouvelle victime de l'euro fort

Heineken n'échappe pas à la morosité du marché brassicole. Le groupe néerlandais a présenté une hausse de 1,4% de son résultat net annuel en 2003 à 806 millions d'euros. Un chiffre conforme aux attentes des analystes et qui est évidemment très touché par les effets de change. Ainsi, le résultat opérationnel s'élève à 1,22 milliard d'euros, en baisse de 4,6%. Pourtant, organiquement, il affiche une progression de 6,9%. Progression annulée par les 88 millions d'euros d'effets de change passés dans les comptes du groupe. Il faut rappeler que Heineken est un des brasseurs européens les plus présents outre-Atlantique, où il réalise près de 16% de ses ventes. Malgré ce tableau plutôt terne de sa rentabilité, Heineken n'en demeure pas moins un des groupes les plus performants du secteur en termes d'activité. Ainsi, la hausse de ses volumes produits (+17% en 2003) dépasse largement celle du marché mondial de la bière (à peine 1,1%). Heineken gagne donc des parts de marché un peu partout, y compris en Europe et aux Etats-Unis. Le problème demeure que cette progression des volumes ne suffit pas à compenser les effets de change et la guerre des prix qui sévit dans de nombreuses zones. Le chiffre d'affaires ne progresse donc que de 9% à données comparables, à 9,26 milliards d'euros. Evidemment, outre ces éléments, Heineken paie aussi sa politique d'acquisitions tous azimuts qui est aussi celle de ses concurrents. Des acquisitions qui lui coûtent sur l'année 2003 31 millions d'euros en amortissement du goodwill. Parallèlement, le groupe a dû dépenser 74 millions d'euros pour payer le plan de restructuration de ses activités néerlandaises. Pour finir, Heineken n'est guère optimiste pour l'avenir. Certes, le groupe prévoit une remontée de la consommation et des prix en 2004, mais le mouvement des devises devrait "sévèrement toucher" les résultats du groupe et annuler les effets des récentes acquisitions. "Même si le niveau du dollar reste le même, son impact sera important jusqu'en 2005", conclut le brasseur qui au mieux se dit optimiste "sur le long terme". En clôture, le titre a progressé mercredi de 3,74% à Amsterdam.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.