Les résultats de Henkel progressent malgré l'euro

Henkel profite à plein de sa restructuration. Le groupe allemand, qui commercialise notamment les marques de lessives Persil ou Le Chat ou encore les shampooings Schwarzkopf, a présenté un bénéfice net pour l'année 2003 de 530 millions d'euros, soit une hausse annuelle de 23%. Sur le quatrième trimestre de l'année dernière, ce bénéfice net était en hausse de 41% à 166 millions d'euros. Le groupe se sort donc remarquablement bien d'une année pourtant périlleuse, compte tenu de la hausse du dollar et du coût des restructurations. Pour preuve, le produit de la vente de Wella à Procter & Gamble au printemps dernier, 81 millions d'euros, a été entièrement englouti par les coûts de restructuration qui s'élevaient à 85 millions d'euros. De même, la hausse du dollar a joué très défavorablement sur les ventes. Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires a reculé de 2,3% à 9,44 milliards d'euros. Hors effets de change, les ventes ont pourtant augmenté de 4,2%. Une hausse qui reste d'ailleurs de 3% si on exclut les effets de périmètres. Le phénomène s'est poursuivi entre septembre et décembre puisque, en glissement annuel, les ventes ont reculé de 1,4%, malgré une croissance organique de 4,1%. Du coup, la progression de 5,8% du bénéfice opérationnel à 186 millions d'euros et la hausse encore plus importante du bénéfice net apparaissent comme des performances remarquables. L'ensemble des divisions du groupe montrent des croissances annuelles importantes de leurs bénéfices d'exploitation au quatrième trimestre: +17,3% pour les détergents, +9,3% pour les cosmétiques, +20,6% pour les adhésifs et +14,1% pour les produits "technologiques". Désormais, les analystes attendent les conséquences de l'acquisition de Dial, le groupe américain spécialisé notamment dans les savons. "Dial est une excellente plate-forme pour une future croissance sur les marchés de la cosmétique et de l'hygiène domestique", affirme Christian Weiz, analyste chez HVB. Désormais, le groupe allemand semble être en mesure de concurrencer Procter & Gamble, le géant américain qui a présenté la semaine dernière des résultats très fortement soutenus par sa division santé et par les effets de change. Quoi qu'il en soit, Henkel prévoit pour l'année en cours une hausse organique de ses ventes de 3 à 4% et une croissance de son résultat d'exploitation (également hors taux de change et effets de périmètre) de 10%. Sa forte rentabilité devrait donc se confirmer en 2004.A Francfort, en clôture, le titre Henkel progresse de 1,73% à 62,97 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.