Sanofi-Synthélabo rachète les droits de l'Arixtra à Akzo Nobel

 |  | 394 mots
Sanofi profite des réaménagements stratégiques d'Akzo Nobel. Le groupe français a ainsi annoncé ce matin avoir acquis l'intégralité des droits de l'Arixtra, un anti-thrombotique unique en son genre, dont la demande d'homologation est déposée depuis juillet dernier auprès de la FDA. Le montant de l'accord n'a pas été dévoilé, mais consisterait, d'après Sanofi-Synthélabo, en des "royalties" sur les futures ventes des produits concernés. Car la filiale pharmaceutique d'Akzo, Organon, ne cède pas ses droits que sur l'Arixtra, mais également sur l'ensemble des produits en développement de la même classe des oligosaccharides de synthèse. Cette classe de produits était, jusqu'alors et depuis 1987, la propriété à parts égales d'Organon et de Sanofi. Selon les deux groupes, cette cession des droits "favorisera le succès commercial" de l'Arixtra. Un succès qui, il est vrai, n'est pas évident. En septembre dernier, le groupe français avait ainsi ramené ses objectifs de ventes annuelles pour l'Arixtra de 800 millions de dollars en 2006 à 500 millions de dollars. Avec ce rachat de droits, Sanofi entend renforcer ses efforts marketing et développer de nouveaux usages de l'Arixtra, notamment dans le domaine des interventions chirurgicales à haut risque. De son côté, Akzo entend profiter des ventes futures des oligosaccharides de synthèse pour toucher des royalties sans engager de lourdes dépenses de recherche et développement. Une stratégie qui a maintenant fait ses preuves. Ainsi, Akzo Nobel a hier précisé qu'il avait touché l'an passé 100 millions de dollars de la part de Pfizer dans le cadre d'un contrat identique sur un traitement contre la schizophrénie. Rappelons que le groupe chimique néerlandais a subi ces dernières années de graves difficultés dans la pharmacie après la fin de la licence de son antidépresseur vedette, le Remeron.Du coup, Akzo Nobel a revu hier soir ses prévisions de bénéfices légèrement à la hausse. Le bénéfice net devrait tout de même reculer de 20% sur un an. Mais le contexte reste difficile: la conjoncture n'est pas réellement repartie dans la chimie et la hausse de l'euro joue défavorablement. Les opérateurs, cependant, retrouvent l'optimisme sur la valeur. En fin de journée, l'action Akzo Nobel gagnait 3,47%. De son côté, Sanofi-Synthélabo perdait 2,28%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :