Coup d'envoi à l'introduction des Pages Jaunes

 |  | 373 mots
Lecture 2 min.
Le début du mois de juillet va être animé sur le marché primaire. Le 7, deux introductions sont prévues: celles de bioMérieux et de Oxbow. Et dès le lendemain, le 8 juillet, ce sont les Pages Jaunes qui feront leur entrée sur le Premier marché.France Télécom vient en effet de dévoiler les modalités d'introduction de sa filiale. Et il en ressort que si les introductions difficiles de groupes comme Snecma n'ont pas fait reculer l'opérateur, elles l'ont probablement incité à un peu de modestie. Tandis que les études d'analystes publiées au préalable valorisaient les Pages Jaunes entre 3,5 et 5 milliards d'euros, c'est finalement une valorisation allant de 3,62 à 4,18 milliards qui a été retenue par France Télécom.Plus concrètement, les actions de l'éditeur d'annuaires seront cédées aux institutionnels à un prix situé entre 13,20 et 15,20 euros. Quant aux particuliers, ils bénéficieront d'une décote de 0,30 euro, soit une fourchette de 12,90 à 14,90 euros.Du 22 juin eu 3 juillet, France Télécom compte placer 30% du capital de sa filiale avec la possibilité de monter à 43% en cas d'exercices de la clause d'extension et de l'option de surallocation. Il faudra donc un placement maximal et un prix situé en haut de fourchette pour que l'opérateur empoche le montant initialement escompté de 1,8 milliard d'euros, destiné à couvrir le rachat des minoritaires de Wanadoo. Les anciens actionnaires du fournisseur d'accès à Internet bénéficieront d'ailleurs d'une priorité sur l'opération des Pages Jaunes.Reste à savoir si cela suffira à garantir un succès aux Pages Jaunes. Certes, le groupe affiche un profil de valeur de rendement susceptible de rassurer dans des temps incertains. Mais les résultats des récentes introductions n'incitent guère à l'optimisme. D'autant que le groupe a bien également quelques faiblesse, dont des perspectives de croissance limitées et un risque de montée en puissance de concurrents. Enfin, et bien que situé plutôt dans le bas des estimations initiales, la valorisation reste discutée. Dans le haut de fourchette, le groupe vaut plus de 10 fois son Ebitda prévu pour cette année et surtout 12 fois ses fonds propres. "Un peu cher", selon un gérant interrogé par La Tribune (voir ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :