Pernod-Ricard remplit ses engagements

 |   |  376  mots
Malgré des difficultés en France où ses ventes ont reculé, Pernod-Ricard a réalisé un cru 2003 en ligne avec les anticipations des marchés. Le troisième groupe mondial de spiritueux a enregistré une progression de 12,3% du bénéfice net part du groupe à 464 millions d'euros. Pour ce qui est de l'activité principale de Pernod-Ricard, à savoir les vins et spiritueux (96,7% du chiffre d'affaires total), elle affiche un résultat opérationnel de 737 millions d'euros (+3,8%) malgré un effet devises pénalisant, estimé par Pernod-Ricard à 83 millions d'euros. A taux de change constant, la hausse du bénéfice opérationnel de la branche vins et spiritueux a été de 15,5%.Dans un communiqué, Patrick Ricard se déclare particulièrement satisfait de "l'amélioration de la rentabilité des vins et spiritueux". La marge opérationnelle de cette activité est passée de 20,8% à 21,5%. Pour le PDG du groupe, "les atouts de Pernod Ricard que constituent le portefeuille de marques premium et une présence sur les marchés à forte croissance permettent d'aborder l'avenir avec confiance". Pas question néanmoins de formuler des prévisions trop précises: le groupe se borne à indiquer qu'il anticipe pour l'année en cours une croissance de son résultat opérationnel hors effet devises.Les difficultés de Pernod-Ricard sur son marché d'origine sont compensées par les succès du groupe en Asie et dans la zone Amérique. Ces deux marchés comptent désormais pour 21% et 22% du chiffre d'affaires du groupe. En Asie, Pernod-Ricard a réussi notamment à relancer les ventes de cognac et de whisky à travers des marques héritées de Seagram racheté il y a deux ans, à savoir Martell et Chivas. Le dernier point positif de ces résultats, c'est la réduction de l'endettement de Pernod-Ricard. La dette du groupe est tombée à 682 millions d'euros, contre 903 million à la fin 2002. Cette amélioration de la situation financière de l'entreprise pourrait inciter les dirigeants du groupe à regarder vers des acquisitions aux Etats-Unis, pays où Pernod-Ricard détient une part de marché comprise entre 4 et 5%. Fin novembre, Patrick Ricard avait souligné qu'il manquait une Tequila dans son portefeuille de marques. A la Bourse de Paris, le titre Pernod-Ricard termine la journée sur une forte baisse: -2,53% à 96,35 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :