Bayer préoccupé par la volatilité des prix des matières premières

Moins de deux mois après avoir affiché la plus importante perte de son histoire, Bayer relève doucement la tête. Ses ventes au premier trimestre, qui s'est achevé fin mars, ont stagné à 7,36 milliards d'euros. En données corrigées des effets de change, le chiffre d'affaires du groupe progresse néanmoins de 8,6%. Enfin, son bénéfice net a chuté de 31,7% à 400 millions d'euros. Mais comme le rappelle abondamment l'entreprise, cela traduit un effet de base défavorable puisque le premier trimestre 2003 avait été marqué par d'importantes cessions, notamment la vente d'insecticides imposée par les autorités européennes de la concurrence après le rachat de la branche agrochimique d'Aventis. Ensuite, les effets de change coûtent cher au groupe. Néanmoins, les restructurations et le recentrage des activités du groupe commencent à porter leurs fruits: les deux futurs grands pôles de Bayer voient leurs ventes fortement progresser, après rectification des effets de changes. Les ventes nettes de la division Santé (pharmacie, produits vétérinaires) sont en hausse de 8,9% à 2,12 milliards d'euros (+0,8% à changes constants). Le résultat opérationnel (EBIT) a baissé de 11 millions d'euros, à 277 millions d'euros en raison des coûts de lancement du traitement des troubles de l'érection Levitra. Même schéma dans la division agrochimique Bayer CropScience: une progression de 4,3% à 1,732 milliard d'euros à monnaies constantes mais de 16,2% en données corrigées des effets de change. L'EBIT de cette branche, en recul de 15,2% par rapport à la même période de l'an dernier, fait les frais d'un effet de base défavorable puisqu'au premier trimestre 2003 la vente des insecticides du groupe, imposée par les autorités de la concurrence après le rachat par Bayer de la branche agrochimique d'Aventis, avit dopé le résultat d'exploitation de cette division.Autre pilier de Bayer, la branche MaterialScience, qui regroupe les activités les plus rentables, a vu son chiffre d'affaires stagner à 1,87 milliard d'euros (+8,2% en données corrigées des effets de change). Le bénéfice opérationnel avant exceptionnels a augmenté de 21,6% à 135 millions d'euros. Enfin, La filiale Lanxess, qui regroupe l'essentiel de la chimie et des polymères et doit être prochainement vendue ou mise en Bourse, a vu ses ventes diminuer de 2,1% (+2,2% sans effets de change) à 1,48 milliard d'euros. En revanche l'EBIT a augmenté de 56 millions d'euros pour s'établir à 75 millions d'euros, grâce à des réductions de coûts. Bayer a ainsi répété sa prévision d'une augmentation de plus de 10% de son bénéfice opérationnel avant exceptionnels sur l'ensemble de 2004, en précisant toutefois que "la situation économique et surtout la volatilité des prix des matières premières, peuvent faire peser des risques" sur ce scénario. Cette prudence affecte le titre. A la Bourse de Francfort, l'action Bayer chute de 3,71% en clôture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.