Siltronic reporte son introduction en Bourse

Et de deux. Une semaine après X-Fab, un autre groupe allemand renonce à faire ses premiers pas en Bourse à la date prévue. Deux jours avant son introduction programmée, Siltronic, troisième producteur mondial de galettes de silicium destinées à la gravure des puces, décide de reporter l'opération.Filiale du chimiste Wacker, Siltronic a justifié son report par la baisse récente des marchés boursiers et les craintes terroristes après les attentats de Madrid. "Nous avons décidé de tenir compte de l'incertitude sur les marchés boursiers et de réaliser notre IPO une fois que les marchés financiers se seront calmés", indique le groupe dans un communiqué. Depuis le 11 mars, date de la tragédie madrilène, la Bourse de Francfort a abandonné 7,3% tandis que l'indice des valeurs technologiques, Tec-Dax, où Siltronic aurait pu espérer être coté, a cédé 10%. Avec cette introduction en Bourse, Siltronic espérait lever jusqu'à 1,09 milliard d'euros. Une partie de cette somme devait être consacrée à des investissements de modernisation, le reste devant servir à la réduction de la dette de l'entreprise estimée à plus de 600 millions d'euros. Outre la chute des marchés financiers, la décision de Siltronic pourrait aussi s'expliquer par les difficultés rencontrées par le groupe pour séduire les investisseurs. Selon le quotidien Handelsblatt paru mercredi, il aurait envisagé d'émettre moins d'actions que prévu à l'origine ou d'abaisser le prix indicatif des titres offerts (14,5 à 19 euros) du fait de l'environnement difficile. La dernière introduction en Bourse en Allemagne remonte à novembre 2002 et ces deux faux départs consécutifs assombrissent les perspectives sur le marché primaire allemand, même si Postbank, filiale bancaire de Deutsche Post, déclare vouloir entrer en Bourse avant l'été. "S'il ne se passe rien d'imprévu, l'action Postbank sera cotée pour la première fois avant la pause estivale", a affirmé le président du directoire, Wulf von Schimmelmann, cité dans un communiqué. La presse allemande a évoqué la date du 21 juin. Deutsche Post compte mettre sur le marché jusqu'à 49% de sa filiale, dont le patron de la poste Klaus Zumwinkel avait évalué la valeur totale à "au moins 6 milliards d'euros" la semaine dernière.Si en Allemagne, la reprise des introductions en Bourse tarde à se matérialiser, il n'en est pas de même partout. Lundi en Belgique, c'est l'opérateur Belgacom qui était coté pour la première fois.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.