L'OCDE stigmatise les blocages de l'économie française

 |  | 333 mots
Lecture 2 min.
Le doigt là où ça fait mal. Le rapport publié ce matin par l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) insiste sur les difficultés récurrentes de l'économie française.Premier point soulevé par l'OCDE, la maîtrise des dépenses publiques dont l'augmentation continue provoque "le creusement de la dette publique". Bien que le déficit ait été réduit de 4,2% du PIB en 2003 à 3,6% en 2004, l'objectif du gouvernement de le ramener en dessous des 3% en 2005, afin de respecter le Pacte européen de stabilité et de croissance, sera difficile à atteindre, selon les experts de l'organisation. "Il demeure un risque de dépassement des 3% de PIB cette année", estiment-ils, reprenant les prévisions émises sur la France il y a deux semaines dans le cadre du rapport mondial de l'organisation.Pour 2006, le tableau n'est pas plus rose: "selon les projections actuelles de l'OCDE, le déficit ne sera pas inférieur à 3% du PIB". Une différence par rapport aux prévisions du rapport mondial, dans lequel l'OCDE estimait que le déficit de la France serait de l'ordre de 2,9% du PIB pour l'année prochaine.De fait, le ratio d'endettement, actuellement autour de 65% du PIB, "ne paraît pas devoir rapidement baisser dans un avenir proche". La France "risque donc d'être mal préparée" pour faire face aux dépenses de santé et de retraite accrues en raison du vieillissement de la population, et ce "malgré les réformes importantes récemment adoptées".L'organisation estime nécessaire de maîtriser étroitement les dépenses publiques directes, "notamment par des réductions d'effectifs rendues possible par le grand nombre de fonctionnaires partant actuellement à la retraite et de limiter les dépenses concernant les salaires et les traitements".Par ailleurs, dans ce rapport, l'OCDE insiste sur la nécessité pour la France d'améliorer le fonctionnement de son marché du travail et d'intensifier la concurrence si elle veut stimuler la croissance et l'emploi. Vaste programme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :