Les Américains se sont rués dans les commerces en avril

 |  | 349 mots
Le plein des caddies. En avril, les ventes de détail ont progressé de 1,4% aux Etats-Unis selon le département du Commerce. C'est la plus forte hausse des ventes de détail depuis le mois de septembre dernier. Hors secteur automobile, toujours très volatil d'un mois sur l'autre, elles affichent une progression plus modérée, de 1,1%.Ces statistiques dépassent largement les estimations des économistes. Le consensus tablait sur des progressions respectives de 0,7% et 0,5%. Par ailleurs, le département du Commerce a révisé à la hausse les ventes de détail enregistrées en mars. Elles ont finalement progressé de 0,4%, et de 0,2% hors automobiles, contre +0,3% et 0,1% annoncés initialement. En glissement annuel, les ventes de détail enregistrent des hausses de 8,6%, et de 8,1% hors automobile.En avril, la plus forte progression a été constatée dans les magasins d'habillement. Les ventes y affichent une hausse de 2,8%, après le recul de 2,2% enregistré en mars. Par ailleurs, la quasi totalité des secteurs enregistrent des hausses de leurs chiffres d'affaires, notamment les grandes surfaces (+1,5%), les magasins de jardinage et de bricolage (+1,2%), les restaurants (+0,9%), les magasins d'alimentation (+0,7%) et les drogueries-pharmacies (+0,7%).Dans le secteur automobile, les ventes ont augmenté de 2,5%, contre +0,8% le mois précédent. C'est la plus forte hausse constatée depuis décembre dernier par le département du Commerce.Ces statistiques sont particulièrement suivies outre-Atlantique car elles donnent des indications précieuses sur la consommation des ménages américains. Or, celle-ci, qui représente les deux tiers du PIB, constitue le principal moteur de l'économie américaine. De fait, ce rebond des ventes de détail est de bon augure pour la croissance américaine au deuxième trimestre, croissance qui avait sensiblement ralenti au cours des trois premiers mois de l'année. "Au regard de ces statistiques encourageantes, nous tablons sur une croissance oscillant entre 3,5% et 4% au deuxième trimestre", précise Brian Hilliard, économiste à la Société Générale.Entre janvier et mars, le PIB de la première économie du monde a avancé de 3,1%, contre +3,8% au cours du dernier trimestre 2004.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :