Rhodia a pris ses distances avec Sanofi lors de son AG

La très attendue assemblée générale de Rhodia a commencé sur les chapeaux de roue, jeudi 23 juin. Elle a d'emblée été marquée par la limitation des droits de vote de Sanofi Aventis, imposée par le bureau de l'assemblée générale. Le groupe pharmaceutique, actionnaire de Rhodia à hauteur de 15,3%, a du coup vu ses droits de vote plafonnés à 5%. Explication de cette sanction: l'Autorité des marchés financiers a estimé que Sanofi n'a pas déclaré ses franchissements de seuils dans Rhodia après l'OPA de Sanofi sur Aventis. "Le bureau de l'assemblée générale s'est conformé à la loi, on a voulu privilégier la sécurité juridique de l'assemblée générale", a expliqué un porte-parole de Rhodia cité par l'AFP. Une décision qui a provoqué le départ immédiat du représentant de Sanofi-Aventis.Reste que ce plafonnement des droits de votes a sans doute permis au président Yves-René Nanot de garder son siège. Tout comme Jean-Pierre Clamadieu, le directeur général, qui a été reconduit comme administrateur, à la fin de l'assemblée. Ces deux réélections n'étaient en effet pas garanties, alors que l'Adam, Association de défense des actionnaires minoritaires présidée par Colette Neuville, avait mis à l'ordre du jour la révocation de ces deux administrateurs. Mais l'association a considéré que le plafonnement des droits de vote de Sanofi à 5% suffisait à prouver que Rhodia était indépendant face à son actionnaire de référence. Et elle a du coup renoncé à demander la tête des deux administrateurs. Cet attachement par l'Adam à l'indépendance de Rhodia face à Sanofi-Aventis est d'autant plus justifié que les deux sociétés ont à régler un litige important: Rhodia réclame 570 millions d'euros à son ancienne maison mère en guise de compensation pour assumer les risques environnementaux et des passifs de retraite complémentaires. Une somme que les associations d'actionnaires minoritaires trouvent d'ailleurs trop modeste... Quoi qu'il en soit, hormis les différents coups de théâtre de l'assemblée, celle-ci a été l'occasion pour Yves-René Nanot, président de Rhodia, de confirmer ses objectifs pour 2006. Le groupe affichera une rentabilité en ligne avec celle des acteurs du secteur avec une marge brute d'exploitation de 13%, et un résultat net positif. Enfin, le groupe a annoncé que son endettement devrait rester maîtrisé avec un ratio dette nette/EBE de 3,5.Vendredi, au lendemain de cette assemblée, Rhodia a terminé la séance en repli de plus de 4%. Sanofi-Aventis a clôturé en baisse de 1,67%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.