2004, nouvelle année d'expansion pour le commerce en ligne français

 |  | 334 mots
Lecture 2 min.
Toujours en pleine expansion, l'e-commerce français. En 2004, les ventes ont progressé de 64,8% pour atteindre 6 milliards d'euros et le nombre de transactions a fait un bond de 75,8%, selon les chiffres révélés par l'Association pour le commerce et les services en ligne (ACSEL), qui regroupe 24 sites d'e-commerce. L'e-commerce "représente désormais 3% du commerce de détail", a déclaré le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, Hervé Gaymard, présent pour l'occasion. "Et la croissance ne faiblit pas: l'activité au mois de janvier 2005 montre une progression de 65% du chiffre d'affaires par rapport à janvier 2004", souligne l'association dans un communiqué. Désormais, le Web français compte 10,6 millions d'acheteurs en ligne sur 23,6 millions d'internautes et la tendance n'est pas près de s'arrêter puisque le "nombre d'acheteurs progresse trois fois plus vite que le nombre d'internautes", précise l'association. Cette santé florissante s'explique d'abord par le développement du haut débit mais aussi par la confiance toujours plus grande que les internautes portent à la Toile. Pour preuve, si les produits informatiques ou les services financiers constituent les intentions d'achats les plus importantes du secteur, selon le baromètre publié par Overture, d'autres produits tels que l'enseignement-formation ou la décoration connaissent un engouement croissant.Reste que l'e-commerce français doit encore faire des progrès dans la logistique, son principal frein. Le président de la Poste Jean-Paul Bailly, qui invitait l'ACSEL dans ses locaux, l'a d'ailleurs reconnu. "Il faut améliorer la première livraison. Pour cela, nous devons accroître la qualité des informations dont nous disposons sur les destinataires, mieux gérer les retours et les dédommagements", a-t-il en substance expliqué à l'auditoire.Afin de donner un nouveau coup de pouce à l'e-commerce, le ministre a déclaré que "le coût de 40 à 220 euros du certificat électronique utilisé pour la déclaration et le paiement de la TVA restait pour beaucoup de petites entreprises rédhibitoire". Il deviendra donc gratuit "d'ici fin 2005" pour tous les entrepreneurs individuels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :